Pic épeiche, le batteur passe-partout

Article extrait du dossier L'appel des pics
Ce pic épeiche décortique un cône d'épicéa qu'il a coincé dans la branche. / © Laurent Willenegger

En forêt, c’est toujours lui que l’on voit ou entend en premier. Comment le pic épeiche fait-il pour être présent partout?

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Un arbre malade ou affaibli attire une multitude d’insectes qui prospèrent en rongeant son bois. Un trésor nourrissant est à prendre sous l’écorce ! Mais comment forcer le coffre-fort ? Les pics ont trouvé la solution. Toute leur anatomie, des plumes aux os en passant par la langue et les muscles, est faite pour explorer branches et troncs, pour extraire leur nourriture du bois et même pour y creuser leur nid. Ces adaptations originales et spectaculaires leur ouvrent un univers inaccessible aux autres oiseaux.

Juste cadence

Regardez ! Vous voyez ce gros arbre gris un peu sur notre gauche ? Appuyé sur sa queue rigide, un oiseau noir et blanc marqué de rouge s’élève par sauts le long du tronc. Son bec puissant fait voler des fragments d’écorce. C’est un pic épeiche, athlète musclé équipé d’un redoutable ciseau à bois. Quand résonne dans la forêt un appel martelé, c’est en général lui ! L’épeiche est le pic le plus répandu, presque omniprésent car extrêmement polyvalent. Jugez plutôt.

Touche-à-tout

Oui, l’oiseau déniche quantité de proies dans les troncs vermoulus. Mais il chasse aussi les insectes à la surface de l’écorce et même en plein vol. Au mois de mai, il ramène quantité de chenilles à ses jeunes. Dans le nord de l’Europe, le pic épeiche s’est spécialisé dans les cônes de conifères que son bec décortique facilement pour en atteindre les graines. Chez nous, il recherche ces graines en hiver, en particulier celles de l’épicéa.

Pour compléter un menu déjà très varié, l’oiseau généraliste s’attaque volontiers aux œufs et aux poussins d’autres espèces. Il sait boire à travers l’écorce la sève montante des arbres. Il mange des baies, des fruits, sans oublier de fréquentes visites hivernales à la mangeoire. Les parcs et les jardins jusqu’en pleine ville ne lui font pas peur. Bref, partout où vivent d’autres pics, vous trouverez forcément un épeiche. Et même presque partout où il y a des arbres…

Couverture de La Salamandre n°191

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 191
Avril - Mai 2009
Article N° complet

Réagir