Parmi les bouleaux nus

Forêt de bouleaux à l'encre de chine et au brou de noix / © Ji Young Demol Park

L’artiste sud-coréenne Ji Young Demol Park retrouve dans les Alpes la magie des forêts de bouleaux de son enfance. A l’encre de Chine et au brou de noix.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Papyrus du Nord

La peau bichromatique des bouleaux est tellement graphique. Par la juxtaposition de leurs motifs, les troncs alignés ou croisés prennent la forme d’une écriture. Et la bétulaie enneigée publie le récit tout entier de l’hiver. Il y a mille ans, la face intérieure de cette écorce servait justement de papier résistant. Elle permit à de vieux textes russes de traverser les âges, conservés dans le sol sibérien.

Trait d’union céleste

Pour certains chamans, se réserver un bouleau à sept ou neuf branches en guise d’échelle permet de monter vers le dieu suprême. Cet arbre de connaissance symbolise ainsi la voie par où descend l’énergie du ciel et par où peut monter notre aspiration spirituelle.

Parmi les bouleaux nus

Ji Young Demol Park

Ji Young Demol Park

Artiste

jiyoungdemolpark.com

  • 1970 Naissance à Gyeongsangbuk-Do en Corée du Sud.
  • 1992 Monte des ateliers d’art et enseigne dans son pays natal.
  • 1996-1997 S’installe en France puis intègre l’Ecole supérieure d’Art d’Annecy (Savoie).
  • Depuis 2002 Enseigne le dessin, la peinture, la gravure et la sculpture à l’Ecole des Beaux-Arts du Genevois à Annemasse (Haute-Savoie).
  • 2015 A exposé jusqu’au 30 octobre à la galerie MB Factory à Chamonix.
Couverture de La Salamandre n°231

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 231
Décembre 2015 - Janvier 2016
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir