Opération Milan noir, késako?

Grand moment pour ce jeune milan noir baptisé Salam : la balise Argos est posée sur son dos ! / © Sandro Campardo

Retour sur les débuts de l'"Opération Milan noir". Un nom de code énigmatique pour un projet d'envergure lancé et porté par La Salamandre.

Avatar de Nathalie Jollien
- Mis à jour le
Publié par

Il y a de ça cinq ans, La Salamandre a initié le projet “Opération Milan noir”. Le but, en apprendre plus sur sa migration. En effet, si les allers-retours entre l'Europe et l'Afrique de ce beau rapace sont relativement bien connus, on ignorait en revanche ce que faisait les jeunes dans leurs premières années. On se demandait si après leur premier hiver tropical, ils restaient au sud du Sahara ? Esquissaient-ils une migration jusqu'à la Méditerranée ? Ou revenaient-ils carrément jusqu’à chez nous ?

Pour résoudre ce mystère, le biologiste fribourgeois Adrian Aebisher s’est vu confié la mission de poser une balise sur des milans noirs. Leur position pourrait alors être localisée via satellite.

En juin 2011

Pour cette opération délicate, il a fallu monter à l'échelle jusqu'au nid juché dans les hauts d'un épicéa, à 32 mètres de hauteur. Le jeune oisillon était alors temporairement descendu à terre où leur manipulation est plus facile, puis remis dans son nid.

C'est ainsi que dès le 12 juin 2011, trois jeunes milans noirs furent équipés d'un petit sac à dos de 22 grammes, équipé d'une balise satellite. Ces oisillons, âgés d'un peu plus de 30 jours, provenaient de trois nids différents situés dans la région fribourgeoise. D'après les habitudes de cette espèce, leur premier vol était attendu pour une dizaine de jours plus tard.

La grande aventure "Opération Milan noir" pouvait commencer. Depuis, Adrian Aebisher a consciencieusement reporté leur périple sur une carte, visible sur son blog. A présent, c’est directement sur le site de La Salamandre que vous pourrez suivre cette aventure en direct.

Articles sur le même sujet

Réagir