Offrez-vous un balcon nature

En pleine ville, un balcon bien fourni est un îlot de bonheur pour une foule d'animaux et de plantes. / © Benoît Renevey

Même en pleine ville, sur une simple terrasse, on peut créer un petit paradis naturel. Nos conseils pratiques.

Avatar de Frédéric Lisak
- Mis à jour le
Article d'origine par

Tiens, un machaon ! Un joli papillon aux ailes jaune et noir enrichies d'une touche de bleu et de rouge. Celui-ci est particulièrement beau… parce qu’on ne s’attendait pas à le rencontrer là, en pleine ville. Parce que son vol inattendu rend soudain le quartier plus riche, plus surprenant.
Ce papillon machaon symbolise bien ce qu’un jardin naturel, même minuscule, peut représenter comme richesse. Mille surprises et petits bonheurs nés de la rencontre entre la ville et la nature. Car la nature en ville ne se résume pas aux pigeons, aux rats et aux platanes. Lui laisser un peu d'espace pour s'exprimer, c'est comme manifester tout en douceur contre la dictature des parterres monochromes et des pelouses tondues ras.

Pot de thymp improvisé dans un seau. / © Olivier Hoffmann / Fotolia

A défaut de jardin, peut-être avez-vous accès à une terrasse ou à un balcon? C'est un espace suffisant pour favoriser de multiples présences sauvages. Toutes ces touches de vie vous apporteront des couleurs, des chants, des parfums, des repères de saison dans un monde trop souvent gris, uniforme et virtuel. Certains de ces petits miracles peuvent arriver presque tout seuls. Pour d'autres, il faudra mettre la main à la pâte. Alors allons-y !

Mini-mangeoire en bouteille pour les oiseaux / © Frédéric Lisak

Bouteille à graines

Profitez de la fin de l'hiver pour fabriquer une mini-mangeoire à oiseaux que vous suspendrez au-dessus de votre balcon. Dans une bouteille vide, découpez une fenêtre (3 côtés seulement sont à découper, le bas, la gauche et la droite). Rabattez cette fenêtre vers le haut en pliant le plastique, de façon à créer un toit et un accès pour l’intérieur de la bouteille.
Dévissez le bouchon, coincez-y une ficelle puis revissez. Remplissez de graines, accrochez… C’est prêt ! A ne ravitailler que par grands froids ou par temps de neige.

Mur de lierre

Mur de lierre / © Frédéric Lisak

Lianes gourmandes

Pensez au lierre, à la vigne ou au chèvrefeuille. Ces plantes grimpantes recouvriront un pan de mur gris de leurs feuilles fraîches, tout en offrant aux oiseaux de nombreux fruits à grappiller à l'arrière-saison. Le lierre qui fleurit très tard est aussi particulièrement apprécié par les abeilles.

Mare miniature pour le balcon ! / © Frédéric Lisak

Mare de poche

Et si vous osiez un plan d'eau miniature ? Choisissez un grand récipient étanche de 40 à 80 cm de diamètre et d’au moins 40 cm de hauteur (un pot, une bassine, un demi-tonneau…). Placez au fond une couche de terre légère de 20 à 30 cm (pas de terre argileuse). Installez ensuite des plantes aquatiques en les laissant dans leur motte, puis complétez avec de l’eau de pluie ou de source. Vous trouverez en jardinerie des espèces qui conviennent aux petits bassins : nénuphar miniature, populage, jonc fleuri, sagittaire ou plantain d’eau.

Mare miniature pour le balcon !

L’entretien est facile. Complétez régulièrement le niveau d’eau, éliminez les feuilles jaunes. Dans quelque temps, votre mini-bassin attirera certainement des libellules, des abeilles assoiffées et des dytiques comme une vraie mare sauvage. Avec un tel bestiaire, les larves de moustiques n'auront aucune chance…

Jardin d'aromatiques en pots / © Frédéric Lisak

Fleurs à gogo

Et vos pots et vos jardinières ? Adieu géraniums exotiques et monotones… Allez-y sans compter avec les plantes aromatiques. Thym, romarin, lavande, origan et compagnie sont riches en nectar et feront le bonheur des butineurs, abeilles et papillons. Vous pouvez aussi ensemencer certains de vos récipients avec des mélanges de fleurs sauvages, des graines de coquelicots prélevées dans la nature (à semer en automne déjà) ou simplement ne rien y mettre, observer et vous laisser surprendre…

Des bûches trouées comme hôtel à insectes / © Frédéric Lisak

Nichoirs express

Avec le retour des beaux jours, installez un nichoir en plaquant un pot de fleur au fond percé contre une paroi. Peut-être un rougegorge ou un rougequeue s'y installera-t-il. Pensez aussi à laisser traîner au soleil quelques bûches dans lesquelles vous aurez foré de nombreux trous de taille différente. Ce sera un HLM à abeilles solitaires.

Vous pouvez aussi consulter notre fiche pratique pour choisir des plantes qui offriront leurs fleurs aux pollinisateurs tout au long de l'année.

Pour réaliser un hôtel à insectes plus conséquent, rendez-vous sur notre article Des maisons pour les abeilles.

Les stars du balcon

Un balcon riche en fleurs attirera de nombreux pollinisateurs. L'abeille domestique sera toujours au rendez-vous,
mais qu'en est-il de ses cousines sauvages ? En voici trois parmi les plus précoces.

Bourdon terrestre / © Jérôme Gremaud

Le bourdon terrestre Les reines de cette grosse abeille ont passé l'hiver enfouies sous terre. Dès février, elles cherchent le nectar et le pollen des primevères, des narcisses ou même des perce-neige pour reconstituer leurs réserves. Elles partiront ensuite à la recherche d'un trou de rongeur pour fonder une colonie.

Osmie cornue / © Jérôme Gremaud

L'osmie cornue Visible seulement jusqu'au mois de mai, cette abeille à l'abdomen roux butine de tout : violettes, bruyère, renoncules ou scilles… rien ne l'arrête ! On l'observe souvent le long des bâtiments, à la recherche d'un trou pour y déposer ses œufs. Si vous installez un nichoir, elle viendra sûrement vous rendre visite.

Anthophore à pattes plumeuses / © Jérôme Gremaud

L'anthophore à pattes plumeuses Egalant presque les ouvrières de bourdons par sa taille, cette abeille solitaire possède une très longue langue adaptée aux corolles profondes. Elle collecte volontiers le nectar des primevères, de la bourrache ou des lamiacées. Alors que la femelle est entièrement brune, le mâle possède un front blanc dépourvu de poils.

Couverture de La Salamandre n°232

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 232
Février - Mars 2016
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir