Mélodrame au jardin

Article extrait du dossier L'invincible étourneau
Un étourneau perché sur un fruitier du jardin de Laurent Willenegger. / © Laurent Willenegger

Après les errances de l'automne et de l'hiver, un couple d'étourneaux s'installe dans le jardin de Laurent Willenegger. Combien de poussins survivront-ils aux attaques de la pie et aux ruses des chats ?

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Je 10 mars 2011 Mon père et moi terminons la construction d'un nichoir spécial pour les étourneaux, équipé d'une caméra destinée à dévoiler ce qui se passe une fois que les oiseaux rentreront au nid. Espérons qu'un couple choisira cette demeure pour nicher. A la mi-février, en quelques jours, des bandes d'étourneaux se sont répandues dans la campagne. Plusieurs dizaines à la fois, parfois 150, survolaient les prés jaunes et ras un peu comme s'ils découvraient une terre vierge. Dans la campagne encore presque vide, les rapaces ont vite repéré cette animation. J'ai vu le faucon pèlerin ramener à son perchoir un de ces oiseaux.

Ve 18 mars Le nichoir à caméra est installé dans le poirier à côté de mon atelier. Il est aussitôt repéré par les étourneaux désormais en couples qui sillonnent le village de quartier en quartier. Les chants résonnent un peu partout, suivis d'envols précipités et d'explorations de plus en plus poussées. Les étourneaux inspectent le village à une échelle toujours plus fine. Ils survolent toits, prés et jardins. Cette phase d'intense observation est le prélude à la saison des nids.

*A 150 m de la maison, une voisine possède des perruches que j'entends depuis trois ans, tous les jours, lorsque j'emmène les enfants à l'école. Leurs cris typiques s'échappent de la fenêtre de sa cuisine et résonnent entre les maisons. Or ces cris de perroquet retentissent maintenant dans mon jardin. *Je finis par repérer la source : c'est un étourneau qui les imite à merveille. D'ailleurs, c'est toujours le même individu qui produit ce son. J'ai ainsi un excellent moyen de « tracer » ce mâle chanteur. Avec sa femelle, il visite régulièrement le nichoir caméra et deux autres gîtes proches.

Les étourneaux sont des imitateurs hors pair. / © Laurent Willenegger

L'oiseau orchestre

J'ai entendu et reconnu en quelques jours au minimum 22 espèces d'oiseaux différentes imitées par les étourneaux du jardin. Voici ma liste :

  • perroquets amazone de la voisine
  • colvert hirondelle rustique
  • rougegorge merle noir
  • moineau domestique milan noir
  • foulque pic épeiche
  • sittelle torchepot pic vert
  • pic épeichette verdier
  • grimpereau des jardins
  • buse variable milan royal
  • bruant des roseaux
  • loriot d'Europe
  • guêpier d'Europe
  • moineau domestique
  • grive litorne
  • faucon crécerelle

Ve 24 mars Je consulte les images de la caméra en direct sur un moniteur depuis mon atelier. Les nichoirs sont très souvent visités, surtout le matin. Le couple d'étourneaux explore toujours à deux les cavités disponibles, arpente les branches, grimpe sur le toit des nichoirs, observe, inspecte. Une phase de reconnaissance décisive pour le choix final du nid.

Cet étourneau ramène une feuille morte au nid. / © Laurent Willenegger

Ma 30 mars : les visites s'intensifient, toujours le matin. Le couple est rejoint par un ou deux autres oiseaux. Une femelle est très courtisée, suivie de près par un mâle et ses concurrents. Entre-temps, le mâle « perruche » a bien avancé son nid dans le nichoir n° 2. Il se balade souvent avec de la mousse, des lichens et des graines. Il chante avec ces matériaux dans le bec, vibre des ailes, vocalise, puis s'enfile dans le nid où il dépose ces trésors. La femelle observe. Ni les activités humaines autour de la maison ni les passages fréquents des chats en contrebas ne semblent les déranger.

Me 31 mars Grosse activité de construction du couple « perruche » de plus en plus lié au nichoir n° 2, celui du grand frêne au milieu du jardin. Le nid est plus qu'ébauché, comme je l'ai constaté ce matin vers 7h en y posant une caméra provisoire. L'assise est faite de mousse recouverte de brindilles, de racines, de feuilles mortes et de lichens. Quels rires quand j'assiste à leurs tentatives répétées de ramener dans le nichoir des rameaux de 25 cm de long ! Obstination nerveuse, agitation comique.

Le couple d'étourneaux se met à construire le nid. / © Laurent Willenegger

Cet étournelle vient de visiter une capvité proposée par un mâle. Est-elle à son goût ? / © Laurent Willenegger

Le choix de l'étournelle

Dès le mois de février, le sansonnet mâle sélectionne une ou plusieurs cavités. Dans l'idéal, pour des raisons de sécurité, celles-ci sont situées à 3 m et plus au-dessus du sol. Souvent, il s'agit de trous de pics inoccupés. Parfois, l'étourneau expulse lui-même les habitants. Il arrive aussi que l'oiseau se rabatte sur des fissures dans des murs ou des conduits d'aération. Ces nids candidats, il y passe volontiers les nuits fraîches après un aménagement sommaire avec quelques feuilles et brins de paille.

Plumes hérissées et ailes papillonnantes, le mâle déploie une activité vocale d'une stupéfiante intensité. Son objectif est d'attirer l'attention d'une femelle. Des ornithologues ont démontré qu'un prétendant expérimenté chante de manière plus assidue. Il est aussi à même de proposer un choix multiple de nids, parvenant parfois à s'attacher simultanément deux étournelles dans deux cavités différentes. Bigame, en un mot.
Comme c'est le cas chez d'autres espèces cavernicoles, les femelles ne se décident qu'après de minutieuses inspections. Ce sont sans doute avant tout les qualités du logement plus que celles du mâle qui va avec qui font la différence. Une fois le couple formé, la cavité est défendue à deux. L'étourneau n'a pas à proprement parler de territoire. Il niche volontiers à proximité de ses congénères en colonies de quelques familles. Mais son petit chez-soi, il le défend avec la plus grande énergie.

Lu 4 avril Le scénario est bien rodé : entre 7h30 et 8h, le mâle chante autour d'un territoire situé entre le poirier, le grand frêne, la gouttière des voisins et l'antenne TV. La femelle le rejoint et ils filent au nichoir où la construction avance. La femelle se couche souvent pour façonner la cuvette du nid.

Accouplement d'étourneaux / © Laurent Willenegger

Ma 5 avril, 7h50 Parades et tentative d'accouplement. Mais une pie se pose dans le frêne et lance une attaque éclair sur les deux oiseaux paniqués. Ils s'enfuient à tire-d'aile. Vite remis de cette mésaventure, le couple revient, chante, construit et déconstruit. La débauche d'énergie et la nervosité de cette espèce s'expriment jusque dans sa manie de démonter ce qui vient d'être bâti. Rien ne leur échappe ! Plusieurs belles plumes, blanches et grises sont incorporées au nid, mais pas de fleurs comme je l'ai lu dans tous les livres. Dommage, ce serait sympa à dessiner.

Du 6 au 11 avril Ils fignolent l'édifice. Mais tous les jours, la pie les met en alerte. J'ai vu plusieurs attaques en direct.

La pie attaque l'un des étourneaux / © Laurent Willenegger

Ma 12 avril Temps frais et pluvieux après des semaines de beau et de chaud. La feuille est là, les arbres sont en fleurs. La femelle reste de longs moments dans le nid. Sur mon moniteur, je la vois le plus souvent couchée. Elle se retourne de temps à autre. A-t-elle déjà pondu une partie de ses œufs ? Couve-t-elle ? En tout cas, les images sont prometteuses… Pour la première fois, je constate qu'elle passe la nuit dans le nichoir, la tête blottie sous l'aile.

La femelle étourneau passe sa journée sur le nid. / © Laurent Willenegger

Me 13 avril La femelle se tient presque toute la journée à l'intérieur. Superbe concert du mâle vers 20h qui porte la liste des sons imités à 22 ! Quel imitateur de génie, mixeur, tchatcheur ! Gazouillis, glissando, clics, éclats, sons en sourdine : son répertoire semble infini…

Je 14 avril La femelle a passé la nuit sur le nid. A 10h30, je vois un œuf pour la première fois. La ponte est sans doute en cours depuis le 12 avril. Je fais mes petits calculs. En tablant sur cinq œufs déposés au rythme d'un par jour, ils seront au complet le 17 avril. D'après les données de la littérature, l'éclosion devrait avoir lieu aux alentours du 29 avril. Je rentre de vacances le 30. Je contrôlerai la situation au matin du 1er mai. J'espère que tout se passera bien...

Becquées d'araignées

Entreprise par les deux membres du couple, la construction du nid prend environ une semaine. Puis quatre à six œufs d'un beau bleu-vert immaculé sont pondus au rythme d'un par jour. Parfois, sans doute pour mieux répartir ses chances, une femelle parasite vient compléter la nichée en profitant d'une brève absence des propriétaires pour déposer un œuf supplémentaire.
Comme chez beaucoup d'oiseaux, la couvaison ne démarre qu'à la ponte du dernier œuf. Cette pratique synchronise le début de l'incubation et par conséquent les naissances.

Après deux petites semaines éclosent quatre, cinq ou six poussins. Ils sont nus et aveugles. Au début, les jeunes seraient surtout nourris d'araignées particulièrement riches en protéines puis l'offre s'élargit au rythme d'une centaine de proies par jour. La cadence monte jusqu'au tempo endiablé de 600 nourrissages quotidiens peu avant l'envol des jeunes

La femelle étourneau couve ses oeufs. / © Laurent Willenegger

Di 1er mai Retour de vacances. J'allume rapidement le moniteur de surveillance. A 7h30, je vois les deux adultes qui tournoient dans le jardin, l'un avec de la nourriture dans le bec, ce que j'interprète comme un signe de bon augure. A l'intérieur du nid, je découvre avec plaisir pour la première fois et comme escompté des poussins de un à trois jours. A les voir ainsi agglutinés les uns aux autres, je me dis qu'ils se réchauffent entre eux et somnolent. Chouette, l'éclosion a eu lieu comme prévu. D'après les voisins, il a fait beau et chaud, des conditions idéales pour le nourrissage des jeunes. Vers 10h, l'immobilité des petiots commence à m'inquiéter sérieusement. Les rentrées et sorties de plus en plus désordonnées des adultes aussi. Ce n'est pas un comportement de nourrissage normal. D'ailleurs, à aucun moment, ils ne cherchent à réchauffer leurs poussins. Bizarre. Une mouche survole le nid. Ça, c'est courant, mais là, ça me glace.

Oisillon étourneau / © Laurent Willenegger

J'attends 11h30. Toujours aucun mouvement. Je monte alors sur mon échelle et ouvre le nichoir : quatre jeunes au corps tout froid et un œuf non éclos. La nichée entière semble être morte le ventre plein. Très probablement ont-ils mangé des proies empoisonnées par les nombreux traitements dont on arrose la campagne et les jardins à cette saison. Il suffit que les adultes ramènent des proies intoxiquées et c'est l'agonie.

Beaucoup d'oiseaux se raréfient à cause de telles intoxications ou tout simplement par le déclin généralisé des insectes qui s'ensuit. Même une espèce aussi résistante et adaptable que l'étourneau peut faire les frais de cette situation. Je l'avais lu, je viens tristement de le vivre ! Heureusement et contrairement à des espèces plus fragiles, un couple d'étourneaux a la capacité d'enchaîner avec une seconde ponte. Mais cette nichée tardive ne sera plus synchronisée avec le pic saisonnier des proies. Ses chances de succès seront moindres.

Epilogue, ma 3 mai Trois étourneaux adultes tournent et paradent dans le jardin, autour du poirier et du nichoir où s'est produit le drame. La vie continue...

Couverture de La Salamandre n°205

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 205
Août - Septembre 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir