Le livre fétiche de Barbara Steudler

Barbara Steudler / © Mercedes Riedy

Barbara Steudler, rédactrice en chef du webmagazine NiceFuture, se passionne pour L'hypothèse Gaïa du scientifique d'avant-garde James Lovelock.

Avatar de Rédaction
- Mis à jour le
Article d'origine par

« Le premier opus de Lovelock a jeté un pavé dans la mare de la pensée occidentale moderne. Il démontre de manière scientifique ce que de nombreux peuples évoquent depuis longtemps : la Terre est un organisme vivant, entier, où chaque forme vivante contribue à la survie du système. J'aime l'idée de réconcilier la science et ses chiffres froids avec des visions anciennes considérées comme mystiques. Le pragmatisme condamne souvent les idées holistiques, qui défendent l'existence d'une interdépendance des formes de vie. Et voilà qu'un grand scientifique affirme, preuves à l'appui, qu'il réside une harmonie dans la nature et que cette paix doit être préservée. Comme le disent certains peuples premiers ! Nous sommes nombreux à éprouver un sentiment d'union aux autres êtres vivants en contemplant la nature. Cet ouvrage apporte de la logique à l'émotionnel. »

La Terre est un être vivant, L'hypothèse Gaïa J. Lovelock, éd. Flammarion, 184 p., 13 CHF

Extrait

« L'hypothèse Gaïa est destinée à ceux qui aiment marcher ou simplement regarder autour d'eux, s'interrogeant sur la Terre et sur la vie qu'elle porte, ou spéculant quant aux conséquences de notre propre présence. » James Lovelock (1919— )

Couverture de La Salamandre n°203

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 203
Avril - Mai 2011
Article N° complet

Réagir