Le livre fétiche d’Alain Bougrain Dubourg

Alain Bougrain Dubourg / © Bruno Barbier

Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO et infatigable défenseur de la nature, raconte que Moby Dick, le grand classique d'Herman Melville, a été pour lui une révélation.

Avatar de Rédaction
- Mis à jour le
Article d'origine par

« Enfant, je n’avais guère le goût de la lecture. Mais lorsque j’ai vu la couverture de Moby Dick avec ce cachalot sortant furieusement de l’eau en exhibant les harpons plantés sur son corps, j’ai voulu en savoir plus. Les premières lignes m’ont plongé dans une fantastique aventure sans que j’arrive à m’en défaire. Achab, capitaine aussi cruel que courageux, veut prendre sa revanche sur Moby Dick qui lui a arraché une jambe au cours d’une précédente expédition. Au-delà d'une lecture passionnante, c'est l’odieux massacre des baleines que j'ai découvert. Cette fiction m’a conduit à m'informer sur la disparition de la baleine bleue, de la baleine à bosse ou du rorqual commun. Aujourd’hui, les Japonais ou les Norvégiens continuent de massacrer les cétacés contre l’avis de la communauté internationale. Chaque année, je me dis que ces chasseurs restent habités par le fantôme d’Achab et j’ose croire que Moby Dick ressurgira toujours du ventre de la mer. »

Moby Dick H. Melville, éd. 1000 Soleils, 588 p.

Extrait

« Envoûtés, ils fixent la baleine, ils la regardent balancer de droite et de gauche son front, porteur du destin et contemplent le vaste demi-cercle d'écume que son élan soulève devant elle. » Herman Melville (1819-1891)

Couverture de La Salamandre n°203

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 203
Avril - Mai 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir