Les visiteurs du hêtre

Christian König

Voraces ou paisibles ou exubérants, discrets ou sédentaires... ils sont nombreux à visiter le hêtre au fil des saisons.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par
Les habitants et les visiteurs du hêtre

Galles provoquées par la mouche Mikiola fagi / © Pascal Goetgheluck / Biosphoto

Studio minus

En été, on voit parfois apparaître sur certaines feuilles de hêtre des excroissances en forme de petits citrons. Ces galles sont provoquées par la ponte d’une minuscule mouche appelée Mikiola fagi. La présence d’un œuf, puis d’une larve dans le tissu végétal induit le développement d’une espèce de petite maison creuse. En automne, la galle se détache et tombe par terre. La nymphe de la mouche passe l’hiver abritée à l’intérieur avant d’émerger au printemps suivant.

Les habitants et les visiteurs du hêtre

Lichen crustacé typique du hêtre, Graphis scripta / © Antoni Agelet / Biosphoto

Lettres coquines

De loin, on dirait de simples taches blanc crème sur fond d’écorce grise. De près, voici Graphis scripta, un lichen crustacé caractéristique du hêtre et d’autres arbres à écorce lisse. Rapprochez-vous encore et vous verrez à la surface de cet être presque plat de curieuses lignes noires irrégulières, parfois divisées en trois ou quatre branches. Appelés lirelles, les organes reproducteurs de ce lichen dessinent comme un alphabet ancien évidemment illisible. Si on savait déchiffrer ces lettres sylvestres, sûr qu’elles nous raconteraient des histoires délicieusement croustillantes…

Les habitants et les visiteurs du hêtre

La hachette, Aglia tau, reconnaissable à ses ocelles ornés d'un T blanc / © Rene Krekels / Biosphoto

T comme hachette

Quand les bourgeons du hêtre frémissent, la hachette n’est pas loin. Ce papillon de nuit émerge en même temps que les feuilles de son arbre hôte. On le reconnaît à des ocelles noirs et bleus avec un T blanc en forme de petite hache sur chacune de ses ailes.
Problème chez les hachettes : Madame, couleurs ternes et profil bedonnant, vole exclusivement de nuit. Et Monsieur, ailes ocre flamboyant, petite taille et profil minceur, se promène uniquement en journée. Comment ces deux-là vont-ils se rencontrer ? Heureusement, perchée sur un rameau, elle émet des phéromones que lui localise grâce à des antennes en forme de larges peignes. Ouf !

Les habitants et les visiteurs du hêtre

Pouillot siffleur / © Ralph Martin / Biosphoto

Siffleur en canopée

Dans la petite tribu des pouillots, c’est le plus grand et le plus coloré avec sa poitrine jaune citron, son ventre blanc et ses longues ailes d’un vert presque fluorescent. Et pourtant, le pouillot siffleur est très difficile à voir. Ses teintes se confondent parmi les feuillages et l’oiseau fréquente surtout la canopée, le sommet de la forêt où il écume de petits insectes. Le pouillot siffleur est un habitant typique des hêtraies au sous-bois dégagé. Il cache son nid par terre, dans les feuilles mortes ou entre deux racines. Dommage que le long trille de son chant retentisse de plus en plus rarement en forêt. Les effectifs du joli siffleur sont en effet en chute libre comme c’est le cas pour la plupart des autres passereaux qui migrent au-delà du Sahara.

Les habitants et les visiteurs du hêtre

Néottie nid d'oiseau, Neottia nidus-avis / © David Tatin / Biosphoto

Orchidée hyper-connectée

Pour vivre sous des hêtres, il faut avoir des besoins en lumière modestes. Pas de problème pour la néottie nid d’oiseau, une orchidée sans chlorophylle capable de pousser dans une obscurité complète. D’abord, la néottie se développe avec très peu de ressources ou fleurit sous terre certaines années par mesure d’économie. Et surtout, cette plante connecte ses racines aux filaments d’un champignon qui vit lui-même en symbiose avec le hêtre. L’arbre fournit des sucres à ses deux partenaires. Le grand réseau racinaire du champignon complète l’approvisionnement de l’arbre comme de l’orchidée en eau et en sels minéraux. Et enfin la néottie profite des ressources de l’un comme de l’autre... semble-t-il sans réelle contrepartie.

Les habitants et les visiteurs du hêtre

Loir gris en quête de faines / © Christian König

Loirs en pole position

Les loirs gris aiment les forêts de hêtres et ces rongeurs arboricoles sont les premiers à avoir accès aux faînées abondantes. Dès le mois de juin, au fur et à mesure que les fruits mûrissent, ils décortiquent les faînes sur pied en rongeant l’une de leurs quatre faces épineuses. Cette abondance de nourriture permet une reproduction très importante en automne qui peut aboutir à des pullulations spectaculaires.

Les habitants et les visiteurs du hêtre

Mulot à collier, Apodemus flavicollis / © Christian König

Partout les mulots !

En septembre, quand les faînes commencent à tomber par terre, les mulots entrent dans la danse. L’orgie va durer des mois. même sous la neige. En même temps, ces rongeurs forestiers se reproduisent à qui mieux mieux pour atteindre un pic de population au début du printemps. Sous les hêtres, on le voit, ça bouge de partout dans les feuilles mortes. Puis la population chute jusqu’à la prochaine aubaine…

Les habitants et les visiteurs du hêtre

Pinson du Nord / © Sylvain Cordier / Biosphoto

Nordiques par millions

Un autre amateur de faînes rejoint le banquet en hiver. Le pinson du Nord est un passereau qui niche dans la taïga. Quand arrive la mauvaise saison, l’oiseau devient très sociable et forme de grandes troupes qui migrent vers le sud. On peut voir alors des bandes de pinsons du Nord qui écument les hêtraies. Parfois, comme l’hiver dernier dans le canton de Fribourg, il peut se former un immense dortoir comptant des millions d’individus. Chaque matin, tous s’envolent et se dispersent à des dizaines de kilomètres à la ronde. Ils cherchent des hêtres pas encore nettoyés de leurs fruits… avant de revenir se percher tous ensemble pour la nuit. Un spectacle incroyable !

Chouette de tengmalm / © Benoît Renevey

La tactique Tengmalm

Une abondance de rongeurs entraîne une excellente reproduction chez tous les rapaces nocturnes forestiers, tout particulièrement chez la chouette de Tengmalm. Cet oiseau discret s’est adapté d’une manière originale à ces alternances d’abondance et de disette. Le mâle est très sédentaire. Chaque fin d’hiver, son chant flûté résonne dans une hêtraie-sapinière de moyenne montagne. La femelle en revanche est une opportuniste voyageuse. Elle peut parcourir des dizaines, voire des centaines de kilomètres à la recherche d’une forêt riche en mulots. Dans ce cas, elle commence à élever une nichée avec un premier partenaire, puis déguerpit avant la fin du nourrissage pour fonder ailleurs une seconde famille avec un autre partenaire. Quand la saison est bonne, il faut produire un maximum de jeunes ! Et s’il n’y a pas grand-chose à manger ? Madame s’en va ailleurs. Et Monsieur survit en croquant de maigres musaraignes et quelques oiseaux.

Chat forestier / © Fabrice Cahez

Un chat dans la danse

L’abondance de rongeurs forestiers entraîne à son tour des heures fastes pour tous leurs prédateurs. Le discret chat sauvage se gave de mulots et délaisse pour quelque temps les prairies et les pâturages où on peut parfois le voir chasser des campagnols. Autrement dit, une année sans chat sauvage visible… c’est souvent une bonne année pour le félin qui n’a pas besoin de s’exposer à découvert.

Les habitants et les visiteurs du hêtre

Ce que le pic noir préfère par-dessus tout, c'est un beau fût de hêtre. / © Fabrice Cahez

Hêtre, premier choix

Ce que le pic noir préfère par-dessus tout, c’est un beau fût de hêtre. Peut-être l’absence de branches latérales lui offre-t-elle un dégagement apprécié. Dans le Jura en tout cas, c’est son arbre quasiment exclusif. Ailleurs, en l’absence de foyard de taille convenable, le pic noir peut s’installer dans un tronc d’épicéa ou de sapin blanc, plus rarement de pin, de mélèze ou d’érable. Si la cavité déprécie évidemment la valeur économique de son porteur, elle ne semble pas accélérer fondamentalement sa décrépitude.

Les habitants et les visiteurs du hêtre

© Benoît Renevey

Plutôt mort que vif

La mort naturelle d’un arbre est un processus qui dure longtemps, très longtemps. Les pics, mais aussi surtout de nombreux champignons et invertébrés y participent. Après des décennies de nettoyage intensif des forêts, beaucoup de ces décomposeurs sont menacés. La rosalie des Alpes par exemple est un coléoptère extrêmement spectaculaire. Sa larve se développe durant trois ou quatre ans dans un tronc crevotant ou mort mais encore dur et sec. La bête a besoin d’une grosse pièce de bois exposée au soleil… ce qui est plutôt rare en hêtraie.

Les habitants et les visiteurs du hêtre

© Stéphane Hette

Un rhino pour conclure

Petit à petit, les intempéries et les filaments des champignons ramollissent le bois. Alors, le tronc du hêtre pourrissant attire plusieurs sortes de coléoptères noirs qui pondent leurs œufs dans le bois vermoulu. Parmi ces cousins du grand lucane cerf-volant qui vit sur les chênes,le plus spectaculaire est l’étonnant rhinocéros. Chez cet animal au corps cylindrique, le mâle porte un appendice sur le front qui fait irrésistiblement penser au profil d’un gros mammifère cuirassé…

Couverture de La Salamandre n°224

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 224
Octobre - Novembre 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir