Les nouveaux castors

Article extrait du dossier Le castor entre deux mondes
Castor, rameau entre les dents / © P.Huguenin / A.Margand

Confidences d'un réalisateur sur un film... à voir absolument ! On y découvre l'épopée des jeunes castors en quête d'un territoire, jusqu'en pleine ville.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Vincent Chabloz, comment est née l'idée des «Nouveaux castors»?

Il y a deux ans, La Salamandre m'a confié la réalisation d'un film sur cet animal que je connaissais pour l'avoir souvent observé sur une rivière près de chez moi. J'ai commencé mes repérages dans des endroits sauvages, certes idylliques mais où mon sujet paraissait hors de portée. Ainsi, il m'a fallu 29 soirées au bord de l'eau avant de réaliser ma première séquence «potable» de castor au crépuscule. J'ai alors changé de stratégie et me suis rendu compte que le castor pouvait être extrêmement familier lorsqu'il vit près de l'homme. Cette fréquentation d'endroits plus «civilisés» a facilité la suite du tournage.
A force de rencontrer des pêcheurs, des promeneurs ou encore des agriculteurs et de discuter avec eux, j'ai réalisé que le castor inspire deux réactions très différentes. Soit on ignore sa présence et on est sidéré d'apprendre qu'il existe et qu'on peut le voir. Soit on le connaît... trop bien pour les dégâts qu'il provoque et qui suscitent parfois de l'hostilité. Cela m'a donné envie de placer notre relation avec cet animal au cœur de mon scénario.

Qui sont ces «Nouveaux castors» qui nous emmènent jusqu'en pleine ville?

Ce sont des jeunes chassés du territoire familial par leurs parents. Les rivières et les bords de lacs encore sauvages sont devenus rares. Le succès de la réintroduction du castor amène de plus en plus de ces animaux à coloniser des endroits moins romantiques, fossés, bacs de retenue d'eau ou même ruisseaux canalisés entre deux champs. Avant de trouver un endroit où s'installer, certains de ces ados peuvent accidentellement se retrouver dans des endroits encore plus invraisemblables. Mon film retrace la dangereuse aventure de l'un d'entre eux.

Quelles séquences vous ont-elles donné le plus de fil à retordre?

Le castor vit la moitié de sa vie dans l'eau. Il fallait donc des prises de vues sub-aquatiques. Mais l'animal doit nager très précisément au mètre près devant la caméra pour donner des images suffisamment nettes. Des heures et des heures de prises de vues ont été nécessaires pour récolter quelques séquences où l'on voit enfin le rongeur amphibie en plongée.

Un radeau de fortune équipé de cinq caméras pour filmer le castor au ras de l'eau !

Mon scénario imposait également des plans très urbains. En piscine avec un animal apprivoisé, cela aurait été facile. Mais avec des animaux sauvages, c'était une autre paire de manches. Comme le montre le making of du film, il a fallu énormément de temps pour obtenir ces images, en particulier celles où on voit en même temps le castor et l'homme.

Après «L'éloge des pics» en 2009, c'est votre second film pour La Salamandre. Vos prochains projets?

Je suis en train de terminer la réalisation de Alpes, chroniques sauvages, qui sera projeté en avant-première ce mois d'octobre au Festival Salamandre. En parallèle, j'avance le tournage de deux films produits par La Salamandre qui vous emmèneront prochainement à la rencontre du martin-pêcheur et du faucon pèlerin...

Découvrez le film Les nouveaux castors

Pour commander le DVD Les nouveaux castors de Vincent Chabloz, rendez-vous ici.

Vincent Chabloz sur le tournage de Les nouveaux castors

Vincent Chabloz

Vincent Chabloz

nivalisfilm.ch

  • 1967 Naissance à Morges (CH).
  • 1978 Premières notes ornithologiques. Se met bientôt à la photo animalière.
  • 1989 Voit le film La forêt de Samuel Monachon. Rêve de devenir réalisateur et achète sa première caméra, une Bollex 1957 à manivelle.
  • 1996 S'établit à son compte comme décorateur d'intérieur à Morges.
  • 2000 Jura, Instants volés, premier film qui rassemble dix années de prises de vues.
  • 2007 Passe au numérique pour le tournage de L'éloge des pics.
  • 2012 Sortie des Nouveaux castors puis de Alpes, Chroniques sauvages.
Couverture de La Salamandre n°211

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 211
Août - Septembre 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir