Le rouge n’existe pas !

Rouge, le coquelicot? Verte, l'herbe? Bleus, les bleuets? Vous êtes sûr? / © Gilbert Hayoz

Où l’on découvre la vraie nature d’une couleur qui saute aux yeux des uns… et demeure invisible pour les autres.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Compagnon des blés mûrs, vagabond des friches et des talus, le coquelicot offre l’été venu le plus intense des rouges. C’est avec cette fleur spectaculaire que notre voyage commence. Un voyage qui verra vaciller certaines certitudes. Première révélation : le rouge, le vert ou le bleu n’existent pas réellement. Chaque être vivant les perçoit à sa manière ! Ainsi a-t-on découvert tout récemment que nos ancêtres étaient daltoniens, et pourtant que dans un passé encore plus lointain ils voyaient les couleurs mieux que nous. Troublant, n’est-ce pas ?

© Gilbert Hayoz

Allons-y doucement. Revenons au coquelicot vermillon qui frémit au bord du chemin. Une abeille se glisse entre ses quatre chiffons de sang. Les voit-elle rouges comme nous ? Cette couleur extrêmement vive pour nous impressionne-t-elle aussi fortement ses yeux à facettes ?

Cerises fraises rouges bleu

Cerises et fraises ne seraient pas vraiment rouges. / © Gilbert Hayoz

Le coquelicot n’est pas rouge en lui-même. Baignés par la lumière du soleil, ses pétales réfléchissent une longueur d’onde perçue différemment selon les animaux… et même selon les individus. En fait, les couleurs telles que nous les voyons ne sont pas des propriétés des objets ou de la lumière. Ce sont des sensations créées par notre cerveau.

Retrouvez tous les articles du dossier : Rouge, la reine des couleurs.

Couverture de La Salamandre n°189

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 189
Décembre 2008 - Janvier 2009
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir