Au chevet des chauves-souris en France!

Bretagne : Florence Rubens relâche un grand murin après mesure. / © Yann Le Bris

Audrey Tapiero, animatrice du Plan national d'actions Chiroptères en France, nous parle de la situation et de la conservation des chauves-souris dans l'hexagone.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par
La conservation des chauves-souris en France

Audrey Tapiero

Audrey Tapiero, la France a sorti l'artillerie administrative pour la conservation des chauves-souris. ça marche ?

Admnistrative, mais pas que ! Le plan national d'actions pour les chauves-souris, c'est d'abord de l'action ! Donc oui, ça marche. Surtout en déclinant tout cela par régions avec des relais locaux et des centaines de bénévoles. Savez-vous que sur la période 2009-2013, cela représente 16'000 journées de bénévolat ?

On ne peut pas faire le tour de France des opérations mais citez-nous quelques exemples.

Il y a eu un gros travail des conservatoires des espaces naturels et des groupes associatifs locaux. En Auvergne par exemple, sur les tunnels ferroviaires et le patrimoine des gares. En Midi-Pyrénées, c'est la question des ouvrages d'art routiers qui a fait l'objet de toutes les attentions : formation du personnel, conseil avant travaux sur les ponts, aqueducs et autres tunnels. En Basse-Normandie, l'accent a été mis sur les monuments historiques publics et privés.

Que des habitats très liés à l'homme ?

Ce plan a en effet traité de la cohabitation homme-chauve-souris. L'un des objectifs était une meilleure prise en compte de ces espèces menacées dans les politiques publiques. Pour la suite, je peux d'ores et déjà vous dire que l'agriculture sera un axe majeur. Car les chauves-souris sont à la fois des auxiliaires des cultures et des utilisatrices d'habitats et corridors comme les haies. Elles ont aussi moins à manger à cause du déclin des insectes coprophages victimes de certains antiparasitaires à usage vétérinaire.

Toutes les chauves-souris sont encore menacées ?

Malheureusement oui. Je pense évidemment aux rares murins du Maghreb et des marais ou au minioptère de Schreibers qui a perdu 50% de ses effectifs en 2002 suite à une épidémie. Mais on sait aujourd'hui que même des espèces répandues comme la sérotine ou la pipistrelle communes voient leurs effectifs chuter. Le combat pour la protection des chauves-souris ne fait que commencer.

En savoir plus

Pour toute question sur les chauves-souris en France, consultez la liste des correspondants régionaux.

Embarquez dans le suivi de petits murins avec des biologistes noctambules dans le département du Jura.

Couverture de La Salamandre n°230

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 230
Octobre - Novembre 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir