Grand Sud, grand Nord

Au Nord, les fleuves gelés, les sols polygonaux et les tourbières infinies du Taymir. / © Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

Désert de glace de Sibérie, désert de sable de Mauritanie. De petits échassiers migrateurs relient deux mondes que tout sépare a priori.

Avatar de Jean-François Hellio et Nicolas Van Ingen
- Mis à jour le
Article d'origine par
Au Sud, les fleuves dessinés par la mer dans les vasières infinies du Banc d’Arguin. / © Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

C’est en Sibérie, dans la lointaine péninsule du Taymir, qu’une évidence nous a sauté aux yeux: en voyant les Dolgans sécher leur poisson au vent de la toundra, nous avons repensé aux pêcheurs imraguen qui, en Mauritanie, accomplissent les mêmes gestes pour conserver leur pêche grâce au vent du désert.

D’autres parallèles nous sont apparus. D’abord les échassiers. Dans le Nord comme dans le Sud, ils arrivent épuisés à la fin de leur voyage. Les prédateurs les attendent d’un côté comme de l’autre. Enfin, il y a cette surprenante similitude des paysages : l’eau joue ici avec la glace, là avec le sable. Et les hommes, de part et d’autre, se battent pour survivre à des conditions extrêmes. Deux mondes proches que relie chaque année le vol des oiseaux.

Ci-dessous : Au Sud, les fleuves dessinés par la mer dans les vasières infinies du Banc d’Arguin. Au Nord, les fleuves gelés, les sols polygonaux et les tourbières infinies du Taymir.

© Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen
© Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

Plus de photos de paysage à couper le souffle avec notre article.

Retrouvez tous les articles du dossier sur la migration : Voyager avec les oiseaux.

Couverture de La Salamandre n°182

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 182
Octobre - Novembre 2007
Article N° complet

Réagir