Gardienne des jardins

Article extrait du dossier Mésange mi-démon
Les mésanges charbonnières se plaisent dans les jardins. / © Denis Clavreul

Le jardin est un terrain de jeu idéal pour l’enfant terrible des mangeoires. Quelques conseils pour lui offrir le gîte et le couvert.

Avatar de Fleur Daugey
- Mis à jour le
Article d'origine par
La mésange charbonnière au jardin

Mangeoire à oiseaux bricolée avec une bouteille PET. / © Denis Clavreul

Quel couvert ?

  • Un jardin pas trop taillé ni trop tondu est susceptible d’accueillir les chenilles et pucerons dont les mésanges sont friandes. Ajoutons une viorne ou un sureau et nul doute que les charbonnières seront au rendez-vous.
  • Les oiseaux trouvent suffisamment de nourriture dans la nature sans qu’ils aient besoin de notre aide, même en plein hiver. Toutefois, en cas de grand froid, une ration supplémentaire n’est pas de refus. Si vous souhaitez installer une mangeoire, les distributeurs à réservoir que l’on peut suspendre sont bien conçus car ils limitent le gaspillage et restent propres. Les plateformes doivent être régulièrement nettoyées pour éviter tout risque de maladie.
  • Grâce à son bec très solide, la charbonnière peut se nourrir des aliments les plus variés. Les graines de tournesol, de chènevis, les noix, les arachides, les pommes et la graisse de type saindoux font son bonheur.

Plus d'infos sur comment nourrir les oiseaux en hiver.

Identifiez les oiseaux des mangeoires avec notre Miniguide n°42.

La mésange charbonnière au jardin

Les vieux arbres sont précieux pour les oiseaux, comme ici des mésanges. / © Denis Clavreul

Quel gîte ?

  • Les vieux arbres sont à protéger. Les cavités qu’ils portent, où les mésanges s’installent naturellement, deviennent de plus en plus rares. En leur absence, n’hésitez pas à lancer autour de chez vous une opération nichoirs.
  • Avec ou sans balcon, ils sont très appréciés des mésanges. Utiliser du bois non raboté, pour que les oiseaux puissent s’agripper aux parois.
  • Des planches suffisamment épaisses, de 20 mm environ, procurent une meilleure isolation. Eviter de peindre ou de traiter le bois, les produits chimiques pourraient intoxiquer les oiseaux. Pour la charbonnière, un fond de 14x14 cm et un trou d’envol d’un diamètre de 30 mm sont parfaits.
  • Fixer le nichoir contre un tronc d’arbre ou un mur, à plus de 3 m du sol, dans un endroit tranquille et à l’abri du vent. En hiver, les nichoirs sont aussi utilisés comme gîte nocturne.
Mésange prenant son bain / © Denis Clavreul

Faire trempette

  • Les mésanges ont besoin de boire et de se baigner en toute saison. Se plonger dans l’eau leur permet de nettoyer leurs plumes pour voler plus efficacement. Un dessous de pot à fleurs ou de jardinière avec un fond d’eau attire de nombreux petits passereaux.
  • Un galet posé au centre leur permet de sortir de l’eau plus facilement. Attention à tenir la baignoire éloignée des chats. Il faut aussi changer l’eau régulièrement pour la garder propre. En hiver, ne pas mettre d’eau tiède. Les oiseaux pourraient geler sur place après s’y être plongés.
  • On trouve aussi des abreuvoirs-baignoires dans le commerce. Equipés de petites marches et d’un îlot central, ils permettent à tous, oiseaux, amphibiens et insectes, de trouver la sortie sans risque de noyade.
Nichoir à oiseaux / © Denis Clavreul

Anti-insectes

Un couple de mésanges charbonnières avec neuf petits fournit entre 270 et 630 becquées par jour, soit plus de 1800
chenilles et insectes. En période de nidification, elles se révèlent des auxiliaires sans pareil des vergers et des potagers. Sur l’ensemble du séjour au nid, cela peut représenter jusqu’à 15’000 proies, auxquelles s’ajoutent celles capturées pour la nourriture des adultes eux-mêmes. Là où les densités de nicheurs sont élevées, les seules mésanges charbonnières capturent plus de 150’000 ravageurs potentiels pour une surface de 10 ha. A vos nichoirs !

Couverture de La Salamandre n°196

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 196
Février - Mars 2010
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir