Corps de rêve

Article extrait du dossier Fourmi land
Comme tous les insectes, les fourmis ont un corps divisé en 3 parties: tête, thorax, abdomen. / © Rémi Turban

Dehors : svelte et brillante. Dedans : du fluide vital, une arme chimique et deux estomacs. Une anatomie qui défie notre logique. Entrée sur le podium de la fourmi !

Avatar de Fleur Daugey
- Mis à jour le
Article d'origine par

Supercarapace

La fourmi est construite à l'inverse des mammifères. Son squelette est à l'extérieur. Appelée cuticule, cette armure articulée protège ses muscles et ses organes. De même, au contraire de notre moelle épinière qui court dans le dos, la chaîne nerveuse des insectes est ventrale. Et tous les organes digestifs sont placés dans le dos !

Sans cœur

L'hémolymphe est ce qui fait office de sang chez la fourmi. Ce fluide vital baigne tous les organes et les muscles et leur transfère les nutriments dont ils ont besoin. Tout cela sans veines ni battements de cœur ! De minuscules acariens se fixent sur la cuticule de la fourmi pour sucer son hémolymphe, comme les tiques se gorgent du sang des oiseaux et des mammifères.

Oeil de fourmi photographié au microscope / © Eye of science

Visions du réel

Comme ceux de Marilyn Monroe, les yeux de la fourmi sont magnifiques, mais complètement myopes. Ils sont composés de facettes qui captent chacune une micro-partie de ce qu'elle voit. Le cerveau assemble ensuite ce puzzle pour former une image qui reste assez floue. En revanche, la fourmi voit les ultraviolets et sa perception du mouvement est excellente. L'hyménoptère perçoit 300 images par seconde, contre seulement 24 pour nous. Voilà entre autres pourquoi ses réactions peuvent être aussi rapides.

Ocelles de fourmi photographiés au microscope / © Eye of science

Cinq yeux

Sur le sommet de la tête, la fourmi possède trois petits yeux supplémentaires appelés ocelles. Ils sont situés entre les deux yeux composés et sont uniquement destinés à renseigner l'insecte sur l'intensité lumineuse.

L'estomac social

L'œsophage de la fourmi mène à deux poches gastriques. D'abord un jabot appelé estomac social où la nourriture n'est pas digérée, mais simplement stockée pour être régurgitée aux larves, à la reine ou aux autres ouvrières. Ensuite, l'estomac proprement dit, qui digère les aliments et rejette les déchets vers l'ampoule rectale.

Mandibulator

Les mandibules fonctionnent comme une sorte de super couteau suisse version fourmi. Elles coupent, mordent, transportent, tirent, et distribuent des gouttes de miellat. Certaines espèces les utilisent même pour sécréter des phéromones d'alarme.

Anus de fourmi photographié au microscope / © Eye of science

Bombe chimique

L'anus de la fourmi sert à déféquer, mais pas seulement. Cet orifice propulse tout un arsenal de produits chimiques provenant de plusieurs glandes nichées dans l'abdomen. La glande à poison produit par exemple l'acide formique qui, projeté jusqu'à 50 cm de distance, tue des proies ou dissuade les prédateurs. La glande de Dufour émet des phéromones d'alarme et, chez les reines, les phéromones sexuelles. Et c'est par l'ampoule rectale que sont libérées les phéromones de piste.

Patte de fourmi photographiée au microscope / © Eye of science

Escalator

Comment fait-elle pour marcher sur les murs et au plafond ? Deux griffes et un coussinet permettent à la fourmi de s'accrocher à la moindre aspérité. Une surface qui nous paraît lisse devient un mur d'escalade bourré de prises.

Couverture de La Salamandre n°206

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 206
Octobre - Novembre 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir