En forêt, c’est sur « off » !

Les applications smartphone imitant le chant des oiseaux ne sont pas si anodines que cela. / © Alessandro Staehli

Appeaux modernes, les applications sur smartphone jouant le chant des oiseaux sont toujours plus répandues. Verena Keller, de la Station ornithologique suisse, évalue le danger de leur utilisation.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par
Verena Keller

Verena Keller

La repasse – la diffusion artificielle du chant d'un oiseau dans le but de l'attirer – s'est développée avec les smartphones. Votre analyse ?

Dans le passé, cette méthode était utilisée principalement par quelques chasseurs ou naturalistes munis de magnétophones ou d'appeaux, alors que de nos jours les applications sont légion et à la portée de tous les ornithologues de terrain. C'est problématique.

Pour quelle raison ?

Lorsqu'un mâle entend le chant de sa propre espèce, il l'interprète comme une intrusion dans son territoire. En réponse, il investit de l'énergie et du temps pour rechercher un adversaire et compétiteur, qui en réalité n'existe pas. Ce stress peut mettre en péril la nidification. Le risque est particulièrement élevé lors d’un usage en continu.

A quelle occasion la repasse peut-elle être utile ?

Pour le suivi des populations d'oiseaux rares ou discrets, comme le pic mar, la repasse est un outil précieux, car elle permet de détecter l'espèce. L'emploi de cette méthode ne devrait se faire qu'avec modération, par des spécialistes et pour des buts de recherche uniquement. Observer un oiseau dans son habitat sans le déranger est bien plus enrichissant et valorisant qu'avec un tel artifice.

Quels derniers conseils à donner ?

Essayez d’observer les oiseaux sans les déranger. Restez sur les chemins et surtout ne vous approchez pas des nids. Valorisez votre smartphone autrement, par exemple pour enregistrer un chant dans le but de déterminer une espèce.

Plus d'infos

Station ornithologique suisse, +41 41 462 97 00

Couverture de La Salamandre n°209

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 209
Avril - Mai 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir