24 heures déments

Escargot petit-gris en train de pondre ses œufs blancs comme une ribambelle de petites perles / © Gilbert Hayoz

Après l'amour, un second marathon attend l'escargot. Quand mâle fougueux devient mère attentionnée.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

L'escargot de Bourgogne a besoin de quelques siestes et de quelques festins pour se remettre de ses longues amours. Deux semaines plus tard environ, les œufs sont mûrs. A la première pluie, il cherche un terrain favorable avec un soin extrême. Abrité, mais pas trop. Humide, mais pas inondé. Meuble pour faciliter le chantier. Et si possible près d'un bon garde-manger. Ensuite, notre mère attentionnée balaie soigneusement le sol puis fait mine de creuser simplement en poussant par terre avec une force peu banale. Et ça marche ! Au prix de huit heures d'un travail acharné, l'escargot fore une galerie d'environ huit centimètres de profondeur dans laquelle il disparaît presque complètement.

Miracle sous terre: Escargot petit-gris en pleine action. Le corps se gonfle, le muscle se dilate, l’orifice s’entrouvre et un nouvel œuf fait son apparition. / © Gilbert Hayoz

Après une pause bienvenue, le mollusque commence à expulser ses œufs les uns après les autres. Tous les quarts d'heure, toutes les demi-heures parfois, il libère sur le côté de sa tête une perle blanche de la taille d'un petit pois. Et cela peut durer ainsi une dizaine d'heures. Au fil du temps, la ponte s'égrène en chapelet au fond du nid. Puis la bête épuisée fait une nouvelle longue sieste avant de remonter lentement en bouchant son tunnel. Bravo, mission accomplie !

Couverture de La Salamandre n°221

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 221
Avril - Mai 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir