Exil en armure rouillée

Article extrait du dossier Les héros de la mare
Triton alpestre en train de passer l'hiver dans une cachette avec sa robe terne. / © Jean Chevallier

Après cent jours de tournoi aquatique, les tritons se dispersent autour de la mare. Ils mènent alors une vie discrète en attendant les parfums du prochain printemps.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Au début de l'été, voici que les tritons désertent. Le garde-manger de l'étang est toujours abondamment fourni, mais sa fréquentation prolongée les expose à trop de prédateurs. Alors, ils s'évanouissent dans la campagne à la recherche d'un nouveau camp de base : caillou au bord d'un chemin, fagot de branches en lisière, planche oubliée au fond du jardin, tas de feuilles mortes à côté du compost… Tout abri terrestre est bon à prendre à condition qu'il protège leur corps humide de la morsure du soleil. Après le bec du héron et la dent du brochet, la sécheresse devient leur pire ennemie.

Cloportes et limaces

La bête qui sort de sa cachette la nuit venue est presque méconnaissable. Sa peau s'est épaissie, ses couleurs ternies, sa crête ratatinée. Par temps humide, l'amphibien terreux chasse collemboles, chenilles et cloportes dans un rayon de quelques mètres autour de sa cachette. Tout au plus s'offre-t-il de temps en temps une excursion souterraine dans une galerie de campagnols à la recherche de lombrics.
Quelques semaines après les adultes, c'est au tour des larves de sortir de l'eau. Elles acquièrent leur coloration définitive tandis que des poumons prennent le relais des branchies. Elles aussi doivent trouver d'urgence un repaire pour mener une existence terrestre et nomade durant trois ou quatre ans. Après, enfin, elles iront danser sous l'eau à condition qu'il y ait encore une mare, une gouille ou un abreuvoir dans les environs. Nos paysages se banalisent si vite...

Chaud-froid

Et voici l'hiver glacé. Le corps à température variable des tritons flirte avec le 0 °C. Seul un gel prolongé peut les tuer. Voilà pourquoi, à cette période de l'année, ils s'enfouissent le plus possible en profondeur. Ce passage à froid est nécessaire. Il déclenche la cascade hormonale qui verra au printemps leur renaissance en somptueux dragons chevaliers.

Cycle de vie du triton alpestre / © Jean Chevallier
Couverture de La Salamandre n°203

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 203
Avril - Mai 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir