En route pour la Provence

Article extrait du dossier Retour à pas de loutre
Un canal en Camargue / © Alessandro Staehli

Le Rhône provençal est un axe migratoire incontournable pour les oiseaux comme pour les touristes. Et si les loutres l’empruntaient elles aussi jusqu’aux lagunes de Camargue ?

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

11 juin, les cigales n’arrivent pas à couvrir le bruit d’une circulation incessante. Rendez-vous à Bollène, dans le Vaucluse, à l’ouest du mont Ventoux, avec Pierre Rigaux. Ce mammalogiste de la Ligue pour la protection des oiseaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur s’intéresse à la loutre dans cette immense région. Spécialiste d’un autre mammifère semi-aquatique, le campagnol amphibie, il a l’habitude de passer son temps les pieds dans l’eau.
D’emblée, le scientifique annonce la couleur. « Voici le Lez. C’est sur ce petit cours d’eau que la loutre a fait son retour officiel en 2009 en région PACA. » L’endroit n’a rien de paradisiaque. Cette rivière rejoint le contre-canal du Rhône qui passe sous l’autoroute A7. En été, 180’000 voitures franchissent quotidiennement ce pont. Et pourtant, juste en dessous, entre les bouteilles vides d’un reste de campement, il y a là quelques épreintes de loutre!

Loutre sortie de l'eau / © Andy Rouse / Biosphoto

« Elle a aussi laissé des indices sur l’Aygues en 2009, un affluent qui passe au nord d’Orange. » Le spécialiste révèle en bonus une observation toute fraîche de 2013 : « Elle a atteint la basse Durance cette fois, en amont d’Avignon ! » Explication ? En redescendant les affluents rive droite comme l’Ardèche ou le Gardon venu des Cévennes, la loutre a finalement rejoint le Rhône. Les portes du sud s’ouvrent ainsi toutes grandes.

Un poil salé

Et maintenant, destination Camargue! Nous voici à mille lieues des clichés de loutres barbotant dans les eaux glacées d’Ecosse ou de Norvège. Ici, des rolliers multicolores survolent les rizières. Grégoire Massez, de l’association des Amis des marais du Vigueirat, est le découvreur local. « Le 23 novembre 2012, j’ai trouvé des crottes sur un enrochement au niveau de la prise d’eau du canal, à l’est de la Camargue. Trois jours plus tard, nous en avons trouvé deux autres. » Une expertise confirme cette découverte. « Le canal de Vigueirat joue le rôle d’un corridor aquatique, le castor est revenu par là lui aussi. Mais les filets de pêche professionnelle qu’il abrite peuvent devenir des pièges à loutres. »

Janvier 2012 - Crotte (épreinte) sur le Lez, Vaucluse. / © Pierre Rigaux

Les preuves s’accumulent, la dernière ce mois d’octobre dans la vallée des Baux, au pied des Alpilles. Et les professionnels de l’environnement de toute la région redoublent d’attention pour trouver de nouveaux indices. Car c’est le meilleur et presque le seul moyen de mettre en évidence la présence de cette bête insaisissable. Des indices c’est bien, mais pas encore d’observation directe ni de photographie en Provence. A l’heure où fleurissent les pièges-photo, la loutre entretient encore le mystère autour de son discret retour.

Février 2013 - Empreinte de patte antérieure en Camargue. / © Pierre Rigaux
Couverture de La Salamandre n°219

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 219
Décembre 2013 - Janvier 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir