Effraie effrayée

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Publié par
Activité
  • Degrés :

chouette effraie

Une étude a révélé que la chouette effraie, bien que liée à l’homme, était sensible aux dérangements d’origine humaine et à l’agriculture intensive.

la chouette effraie, espèce synanthrope

L’effraie des clochers est une espèce synanthrope ; elle vit à proximité des humains, notamment les granges et clochers, sans être domestique.


L’effraie des clochers est une chouette qui s’accommode bien aux hommes, mais pas à n’importe lesquels ! En mesurant l’hormone de stress chez de jeunes effraies, des scientifiques de la Station ornithologique de Sempach et de l’Université de Lausanne ont constaté que le rapace nocturne était affecté par les activités humaines trop intenses à proximité du nid.

Les taux de corticostérone, la substance en question indiquant le niveau de stress, étaient plus élevés en cas de dérangements réguliers, mais aussi dans les zones d’agriculture intensive comprises dans le rayon de chasse des parents. En outre, les poussins étaient plus chétifs et moins nombreux à atteindre l’âge d’envol.

Conclusions: la Station ornithologique recommande de poser les nichoirs aux endroits peu fréquentés et à proximité des haies pour que l’es parents aient plus facilement des rongeurs à disposition pour nourrir leur progéniture. Mais aussi, espérons que le genre humain ne s’agite pas autant pour se maintenir dans la course du monde moderne…

Images: photo à la une © Ruedi Aeschlimann (tronquée), photo en vignette © Alex Labhardt
Source: Station ornithologique suisse de Sempach

La publication peut être obtenue auprès de son auteur, Bettina Almasi : bettina.almasi@vogelwarte.ch

 

Articles sur le même sujet

Réagir