Un doigt de whisky dans mon Jura !

Lac de Narlay (Jura) / © Benoît Renevey

Ilay, Narlay, Marclu... Entre Champagnole et Saint-Laurent-en-Grandvaux, sept lacs mystérieux donnent un petit air d'Ecosse romantique au relief jurassien. Dernière balade avant le gel.

Avatar de Benoît Renevey
- Mis à jour le
Article d'origine par

Après avoir traversé la rivière Lemme et quitté les dernières habitations du Pont de la Chaux, voilà sans transition la sévère forêt jurassienne. Les longs fûts des sapins et des épicéas coiffés de leurs chapeaux verts contrastent avec le feuillage doré des hêtres et des érables.
Là-haut, la vie se fait discrète. A peine quelques appels de mésanges, de tarins et de grives. Plus loin, le grand bois réserve de belles surprises. L’automne est saison d’abondance. Le sous-bois regorge de champignons et de petits fruits dont se gavent une multitude d’animaux avant l’hiver. Des dizaines de pinsons des arbres quittent le sol et reviennent se poser après mon passage. Les fringilles se goinfrent de faînes avant que la neige ne recouvre tout. Cette nourriture riche en graisses profite également aux campagnols et à d'autres rongeurs.

Pinson des arbres / © Benoît Renevey

Profondeurs abyssales

A la sortie du bois, le sentier court à travers une prairie sèche parsemée de genévriers, d’épines noires et d’églantiers. Encore quelques pas et le lac de Narlay s’offre à la vue. Une légende raconte qu’un village y fut englouti suite à la colère d’une sorcière à qui l’on refusa l’asile pour la nuit.
Les berges entourées de coteaux boisés et de pâturages pentus plongent abruptement dans les eaux sombres, offrant peu de place à la végétation aquatique. Ce lac doit son origine à un effondrement, contrairement à ses voisins façonnés par l’érosion glaciaire. Avec une profondeur de 40 mètres et un bassin versant d’à peine 2,5 km2, son eau se renouvelle très lentement, ce qui le rend particulièrement sensible aux pollutions.

Lac d'Ilay / © Benoît Renevey

Ecrins d’émeraude

Les trois lacs au pied de la Côte des Maréchets et de Maclu offrent un visage différent. Ces cuvettes creusées lors de la dernière glaciation ont été colmatées par des dépôts compactés sous le poids de la glace qui ont rendu le sol imperméable. Les pentes douces des berges sont propices à l’installation d’une ceinture végétale riche et diversifiée.
Des prairies de nénuphars s’épanouissent sur les hauts-fonds aux eaux limpides. Sur les berges, roselières et cariçaies précèdent des prairies humides envahies par les saules et les aulnes. Aux abords d’un pré, une grenouille rousse! Discrète, elle disparaît aussitôt dans la végétation. Il lui reste peu de temps pour trouver une cachette hivernale. Au premier froid, les grèbes huppés quitteront les lieux, avant que l’air polaire ne fige les eaux pour de longs mois.

Grenouille rousse / © Benoît Renevey

Transis d'amour

Malgré les 800 m d'altitude et la rigueur hivernale des lieux, le site des sept lacs est particulièrement propice aux amphibiens. Inutile de chercher la grenouille verte, trop sensible au froid. Ici c’est la rousse qui est reine ! Elle côtoie le crapaud commun qui ne craint pas non plus les eaux parfois glaciales des lacs.
Très discrète le reste de l'année, la présence de ces animaux devient spectaculaire en période de reproduction. Mâles et femelles se retrouvent par centaines dans les eaux peu profondes et bien exposées. Ces rassemblements ont lieu au printemps, lorsque la température de l’air atteint 8 à 9 degrés. Mais pour l'instant, crapauds et grenouilles sont solitaires et cherchent un gîte pour passer l’hiver, si possible à l’abri du gel. Certains s’enfouissent dans la vase, sous l’eau, d’autres se cachent en forêt, sous la litière ou à l’abri d’une grosse souche. Engourdis, ils réduisent leur métabolisme au strict minimum pendant trois ou quatre mois, sécrétant si nécessaire des antigels dans leur sang en attendant le retour des beaux jours.

Itinéraire

Accédez à la carte détaillée de cette balade dans le PDF en bas de page.

Tour du lac de Narlay

Le Pont de la Chaux > Narlay > Le Pont de la Chaux

durée: 3h

  • A la gare de La Chaux-des-Crotenay, au Pont de la Chaux, prendre la direction Champagnole. Traverser la voie et la Lemme puis bifurquer à gauche direction Morez (1).
  • En face de l’Hôtel des Lacs, prendre la D75 sur 50 m puis la D40 sur 30 m.
  • Emprunter le sentier pédestre à gauche (2) le long de la lisière forestière (balisage jaune et rouge).
  • Lorsque la route descend (3), prendre le chemin sur la gauche.
  • Continuer sur la D40 jusqu’au Poste romain (4) puis suivre l’indication Le Frasnois.
  • A la bifurcation (5), prendre la direction Bataillard, Narlay.
  • Préférer ensuite la droite sur les deux croisées suivantes (la première ne figure pas sur la carte).
  • Poursuivre à flanc de coteau jusqu’à l’extrémité du lac (6).
  • Au bout du parking (7), tout droit jusqu’à la D75. L’entrée du chemin forestier (8) est bien visible. Il mène sans difficulté jusqu’au Pont de la Chaux.

Boucle des trois lacs

durée: 2h30

  • A la bifurcation (6), se diriger vers Narlay.
  • Dans la montée, bifurquer à gauche (9) entre deux bâtiments.
  • Au Frasnois, longer la D75 direction Ilay.
  • Bifurquer à droite juste après l’église (10).
  • Suivre ensuite les indications Hameau de la Fromagerie ou GR 559.
  • Au restaurant L’Eolienne (11), on retrouve notre sentier au bas de la terrasse.
  • Traverser la D75 puis continuer tout droit. Le chemin le long des lacs mène sans difficulté au point (8).

Accès en transports publics

Train jusqu’à la halte La Chaux-des-Crotenay sur la ligne St-Claude — Dole. Horaires sur ter-sncf.com

Hébergement, tuyaux gourmands et activités

Office de tourisme de Champagnole ou de Clairvaux-les-Lacs +33 384 25 27 47

Gîte d’étape (classé gîte Panda) et chambres d’hôtes L’Eolienne. La Fromagerie, +33 384 25 57 27

Six cabanes perchées dans des arbres centenaires. +33 384 51 64 87

L’Auberge du Hérisson, La Chaux-du-Dombief. Cuisine typique du lac et de la campagne avoisinante

Restaurant des Lacs à la Chaux-des-Crotenay. Cuisine du terroir. +33 384 51 50 42

Règles d’or et conseils

  • Selon les conditions météorologiques, le terrain peut être humide ; prévoir des souliers adéquats.
  • Par égard pour la faune, il est recommandé de rester sur les sentiers balisés.

Eclairage par Loïc Coat

Loïc Coat

Breton d’origine, Loïc Coat est tombé amoureux du Jura français lorsqu’il a découvert la région en 1995, à l’occasion du tournage d’un film sur le lynx. Séduit, le biologiste de formation a épousé ce Jura aux mille visages ainsi qu’une fille du pays ! Curieux de tout ce qui vit autour de lui, il connaît sa région dans les moindres détails.

A) Les cascades du Hérisson « Entre Ilay et le lac du Val, le Hérisson se précipite dans une succession de chutes spectaculaires. La plus imposante, la cascade de l’Eventail, se jette d’une hauteur de 65 m dans un décor forestier somptueux. Départ d'une balade de 7 km du haut des cascades à Ilay ou en bas depuis Val Dessus. »

B) La Maison des Cascades « Au pied de l’Eventail, la Maison des Cascades présente sous forme ludique et interactive l’histoire, l’évolution des paysages, l’artisanat et la richesse biologique de la vallée. Le centre propose un riche programme d’animations d’avril à fin août et des visites guidées pour groupes. »

C) Site à dinosaures de Loulle « En 2004, un promeneur est intrigué par des traces étranges dans une ancienne carrière. Des fouilles mettent en lumière la présence d’une multitude de traces de dinosaures sur une surface de 3000 m2. Loulle fait partie des 10 plus importants sites d’empreintes de sauriens au monde. Il est libre d’accès, non aménagé et sous la sauvegarde du public. » juramusees.fr

D) Forges de Syam « En fonction dès 1813, les forges de Syam ont fermé leurs portes en 2009, après avoir produit des biens très spécialisés. L'expo « Forgerons de Syam » retrace l’histoire de cette entreprise sise au cœur de la vallée de l’Ain. »

Couverture de La Salamandre n°212

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 212
Octobre - Novembre 2012
Article N° complet

Réagir