Les dessous des dents de la mare

Article extrait du dossier Les héros de la mare
Le Cybister lateralimarginalis, un des plus gros et des plus beaux dytiques des eaux stagnantes. / © Jean Chevallier

La vision du dytique pris par le martin-pêcheur a inspiré à Daniel Auclair. Un film décapant de 30 minutes qui sort ce printemps sur DVD en complément de cette Salamandre. Extraits du carnet de tournage des « Dents de la Mare ».

Avatar de Daniel Auclair
- Mis à jour le
Article d'origine par

23 février Dans les dessous de la mare, je m'en vais quêter les prémices du printemps. Peu de vie dans mon épuisette quand je sonde l'eau glacée. Je capture une ranatre, insecte filiforme comme un phasme aquatique.

29 mars Je prends place sur mon siège pliant. La veille, un ami photographe a assisté en fin d'après-midi à l'envol d'un dytique adulte. Peu après 18 heures, je repère une carapace qui trace des arabesques en surface. Comme un submersible sans périscope, le dytique exhibe ses élytres en surface. Il émerge sur une feuille de potamot. Là, il s'immobilise de longues minutes comme pour sécher, puis ouvre ses ailes et décolle. Il atteint rapidement plusieurs dizaines de mètres d'altitude avant de disparaître au-dessus des peupliers.

Dessin dytique

Dytique / © Jean Chevallier

5 avril Je commence toujours mon tour de mare par la droite pour garder le soleil dans le dos le plus longtemps possible. Ce matin, je repère comme un caillou sombre qui virevolte entre deux eaux. C’est un couple de dytiques enlacés. Immobile, la femelle porte le mâle qui rame et mène le bal à coups d’avirons. Demi-tours rapides, tête-à-queue contrôlés. Soudain, comme pris de convulsions, le couple tournique sur place avant de reprendre sa croisière.
Parfois, l’équipage enfiévré remonte en surface pour respirer. C’est là que semble avoir lieu l’acte d’accouplement ultime.

Dytique vu du dessous / © Jean Chevallier

3 mai L'eau s'est réchauffée. Mon épuisette ramène des dizaines d'espèces. Parmi les créatures qui hantent cette cour des miracles aquatique, la larve du dytique ne passe pas inaperçue. Elle a sur le crâne des tatouages comme des hiéroglyphes. Installée en aquarium, c'est un taureau qui attaque avec ses deux cornes redoutables de chaque côté de la tête. Ses pinces saisissent tout ce qui passe à sa portée.
Ne l'ai-je pas vu se faire remorquer par une larve de libellule faisant cinq fois sa taille, attendant que son venin agisse, pour piller tout à son aise le paquebot enfin échoué ?
J’ai immergé dans la mare un autre aquarium avec quelques petits gardons. Je laisse tourner ma caméra en serrant le cadre autour de mes appâts. Les bords de l’aquarium affleurent, invisibles à l’image. J'attends le héron ou le martin-pêcheur, protagoniste indispensable de mon scénario.

Tournage des dents de la mare

Tournage des "dents de la mare" / © Daniel Auclair

24 juin La larve de dytique croît à vitesse fulgurante. Les têtards fournissent l’essentiel de ses plats de résistance. Larves de libellules et notonectes ne sont que des hors-d’œuvre.
Je construis un affût fixe pour compléter mes images de héron. Je m’y installe au petit jour et l’échassier arrive un quart d’heure plus tard. Il fait le tour de la mare et je le vois capturer des proies allongées : larves de dytique !

19 juillet Alors que j’observe une métamorphose de libellule, je remarque une larve de dytique qui cherche à s'enfouir au fond de mon aquarium. L'animal creuse, tête en avant, avec de vigoureux mouvements de ressort. Je l'installe avec précaution dans une boîte aux parois transparentes et la recouvre de terre humide.

Dans sa boîte, la larve s’est bâti une alcôve de terre. Elle ne bouge pratiquement plus.

31 juillet Elle s’est transformée en nymphe couleur ivoire. A partir d'aujourd'hui, je laisse tourner une caméra nuit et jour pour suivre mon héroïne.

16 août La chrysalide change de couleur.

17 août Les teintes des pattes et des mandibules s'accentuent. Les antennes bougent de temps en temps.

18 août A 11 h 30, je parviens à filmer l'émergence de l'insecte parfait. Ses élytres sont encore mous.

19 août Je relâche mon pensionnaire au bord de la mare de Vernais où il est né. L'animal nage longuement en surface sans plonger. Au moment de tourner le dos, je sens déjà que cette sacrée bête va me manquer…

Pour visionner la bande-annonce ou vous procurer le film Les dents de la mare, rendez-vous sur notre boutique.

Couverture de La Salamandre n°203

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 203
Avril - Mai 2011
Article N° complet

Réagir