De l’éthique sous les semelles

C'est parti pour la rando éthique! / © sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Respecter la nature immédiate quand on randonne, cela va de soi. On peut toutefois pousser plus loin la démarche en choisissant un transport plus doux, un équipement écoconçu, un hébergement écologique et en mangeant des produits locaux.

Avatar de Catherine Levesque
- Mis à jour le
Article d'origine par

« Un voyage, fût-il de mille lieues, commence sous votre chaussure », disait Confucius. Inutile d’aller bien loin, c’est vrai, pour s’émerveiller en chemin. A La Salamandre, nous avons pris le parti de proposer des « Escapades » testées sans voiture. Mais l’on peut aisément renforcer encore le concept de « randonnée responsable ». Cela passe par une meilleure prise de conscience des risques, en fonction des milieux et des saisons. Mais le plaisir de la balade, au-delà du respect de certaines règles de base décrites ci-dessous, c’est aussi savoir se perdre, s’affranchir de la carte topographique ou du GPS pour être plus ouvert à ce qui nous entoure et noter des repères visuels dans le paysage. Apprenons à aiguiser nos sens, pour une approche plus émotionnelle de la nature.

Le b.a.-ba de la rando responsable

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Cueillir à bon escient Ne ramasser que des plantes communes, en petite quantité. Certaines espèces localement abondantes – fragon, jonquille, narcisse ou perce-neige – sont en régression et leur cueillette est réglementée dans certaines zones. Dans le doute, s’abstenir ! Dans tous les cas, couper la plante à sa base lui permet de repousser grâce aux racines épargnées.

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Passer inaperçu Les mammifères sont sensibles aux contrastes. Pour faire de belles rencontres, mieux vaut éviter les couleurs claires ou voyantes, de même que les vêtements « bruyants ». Cultiver le silence permet de se plonger dans l’atmosphère des lieux. Les puristes couperont leur portable, les autres le placeront en mode silencieux.

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Adapter sa tenue « Il n’y a pas de mauvais temps, que des mauvais vêtements ! » En montagne, toujours prévoir une polaire et un habit de pluie, même par beau temps : en altitude, la température chute en moyenne de 0,6 °C par 100 m de dénivelé.

Privilégier un équipement écoconçu De plus en plus de marques utilisent des matériaux recyclés ou renouvelables. Soutenons cet effort ! Mountain Riders édite un « écoguide » du matériel de montagne, où une vingtaine de marques sont passées au crible. Préférer une crème solaire certifiée bio.

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Penser « locavore » Préparer un pique-nique avec des produits locaux, de saison et un minimum d’emballages ? Bonne idée ! Opter pour une bonne gourde – qui se marquera au fil du temps des excursions passées – plutôt que pour une bouteille et délaisser la vaisselle jetable.

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Eviter les désagréments Se protéger des insectes piqueurs avec des répulsifs naturels, à base de citriodiol ou d’huile essentielle de lavandin ; porter des chaussures montantes et se munir d’un bâton si l’on risque de devoir éloigner une vipère. Enfin, ne consommer les baies que si elles sont à plus de 30 cm du sol : dans certaines régions, les déjections du renard peuvent transmettre un parasite qui véhicule l’échinococcose.

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Prévenir les risques Consulter le bulletin météo avant de partir. En montagne, il est indispensable de connaître le bulletin neige et avalanches. En dehors des pistes damées, mieux vaut s’équiper d’un Appareil de recherche de victimes d’avalanche (Arva, Baryvox), d’une pelle et d’une sonde.
En ski de randonnée, vous pouvez recourir à un sac à dos équipé d’un « airbag », qui se gonfle en cas d’avalanche. Mais attention : il n’est pas donné !

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Les sept péchés capitaux

  • Laisser une clôture ouverte. C’est un danger pour le bétail.
  • S’approcher d’un nid occupé.
  • Marcher tête baissée, obnubilé par sa moyenne, au détriment de ses sens.
  • Laisser des détritus sur son passage.
  • Ne pas tenir son chien en laisse.
  • Ne pas respecter la réglementation sur un espace protégé.
  • Oublier ses jumelles à la maison!

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Trucs en vrac

Tourisme responsable

Le portail d'informations voyageons-autrement.com

Eco-stations

L'Eco Guide de Mountain Riders a répertorié les stations aux pratiques responsables (transports en commun, taxis collectifs, énergies renouvelables, traitement des déchets…

Mobilité verte

17 stations de montagne (Autriche, France, Suisse, Italie, Allemagne) se sont associées sous le label "Alpine Pearls - Les Perles des Alpes" pour des déplacements écoresponsables.

Ecolo sweet home

Privilégiez les hébergements respectueux de l’environnement. Plusieurs labels permettent de les repérer :

© sandra-cabezuelo-bertozzi.com

Pour en savoir plus

Randonner responsable, Catherine Levesque, Rando Editions (16 CHF).

Le goût de la marche, collectif, éd. Mercure de France (10.90 CHF).

Trois livres de François Terrasson : La Peur de la nature, La Civilisation anti-nature, En finir avec la nature, éd. Sang de la Terre.

La Revue durable n° 30, juillet-août-septembre 2008 (« Marche et paysage, le rôle de l’expérience vécue »).

Lire une carte et s’orienter en randonnée, Bruno Valcke, Rando Editions (14.10 CHF).

Couverture de La Salamandre n°198

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 198
Juin - Juillet 2010
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir