Le peintre des aigles

© Denis Clavreul

La Salamandre l'a invité à monter tout là-haut pour peindre les aigles. Voici quelques coups de crayons géniaux de Denis Clavreul.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par
Denis Clavreul le peintre des aigles

Denis Clavreul

La Salamandre a mandaté Denis Clavreul, un habitué de la revue, pour illustrer ce dossier. Le peintre naturaliste, qui avait déjà travaillé il y a dix ans sur l'aigle pour un livre jeunesse destiné aux Editions Hesse, a terminé son travail pour ce dossier en mars 2012. Il a consacré de longues périodes d'observation dans la région d'Embrun, dans le Parc National des Ecrins (Hautes-Alpes). Un cadre parfait, car les paysages montagneux y sont par endroits très ouverts. « Grâce aux repérages de Christian Couloumy, chef de secteur au parc, le site retenu me permettait d'appréhender la plus grande partie du territoire d'un couple nicheur sans me déplacer et surtout sans le déranger. L'idéal. » L'approche du peintre est 100% authentique : il n'a dessiné que ce qu'il a vu, rien de plus. Parfois d'ailleurs non sans difficulté. « J'ai eu du mal avec la tête du rapace, car je ne voyais jamais vraiment les yeux, souvent dans l'ombre des arcades. Le cou aussi était compliqué, car le volume des plumes change beaucoup en fonction des attitudes et de l'humeur de l'oiseau. »

Malgré son envergure, l'aigle est le plus souvent un simple point dans le ciel. Même dans la longue-vue il reste très petit. « J'aime la façon dont ce rapace se fond dans ces immenses espaces», conclut Denis Clavreul. «Cette discrétion contribue à sa grandeur et à son côté mythique. »

Couverture de La Salamandre n°215

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 215
Avril - Mai 2013
Article N° complet

Réagir