Ma maison sur le dos

Article extrait du dossier Dans la peau d'une tortue
La cistude emmène sa maison partout, même sous l'eau! / © Hellio - Van Ingen

Imaginez que vous êtes une cistude. En un mot, une tortue, c’est d’abord une bête ovale protégée par une solide carapace. Présentations.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Vous êtes donc une cistude… Soyez-en fier ! Car vous êtes la principale tortue d’eau douce d’Europe. Un reptile donc qui, comme l’a écrit La Fontaine, porte sur son dos une maison. Cette carapace d’os et d’écailles est une invention géniale. En cas d’attaque, il vous suffit de replier dare-dare tête, pattes et queue à l’intérieur en attendant que passe le danger… à condition que vous ayez atteint vivante l’âge de 4 ou 5 ans et que votre coffre-fort soit suffisamment dur.

Une carapace pour traverser les âges

Sachez que vous appartenez à un groupe vénérable apparu il y a 200 millions d’années en même temps que les dinosaures. A ce jour, le modèle tortue compte 332 variations répertoriées dans le monde, dont près de la moitié est hélas menacée par les activités humaines. Dommage car, jusqu’ici, vous avez traversé sans grandes révolutions de multiples bouleversements planétaires. Sans doute votre fameuse carapace a-t-elle contribué à cette stabilité. En vous soustrayant aux prédateurs, elle a peut-être un peu émoussé la pression de la sélection naturelle. En tout cas, vous venez de loin et en même temps votre mode de vie est unique.

Une grande famille

La majorité des tortues prospèrent comme vous en eau douce mais il existe aussi 75 espèces terrestres et 8 marines. Ces dernières décrivent d’immenses migrations océaniques à vingt mille lieues des clichés de lenteur avec lesquels on vous étiquette… un peu vite !

Chargement
Ballons de flottaison: Les deux grands poumons de la cistude sont situés en haut, juste sous la voûte de sa carapace. En ajustant au millimètre cube près la quantité d’air qu’ils contiennent, la tortue peut facilement monter et descendre sous l’eau.
Coque cosmique: La carapace d’une tortue est formée de deux pièces principales, en dessus la dossière fixée au squelette et le plastron côté ventre. Toutes deux sont faites de plaques osseuses recouvertes de grandes écailles. Un pont cartilagineux les relie sur chaque côté du corps. Chez la cistude, la dossière est aplatie et le plastron a un profil hydrodynamique pour minimiser résistance de l’eau et remous. Dans de nombreuses cultures, cette carapace hémisphérique chez d’autres tortues représente l’Univers et vaut à ces animaux l’honneur d’être à l’origine du monde. Leur longévité remarquable en fait aussi un symbole de sagesse et d’immortalité. Jusque dans le dessin animé Kung Fu Panda.
Périscope: Voici un sous-marin de poche modèle cistude en posture typique d’observation. Sa coque camouflée varie du vert à l’acajou avec une tendance à foncer avec les années. On la distingue des autres tortues aquatiques aux innombrables taches jaunes qui décorent son périscope à l’extrémité duquel sont très opportunément groupés la bouche, les yeux et les narines.
Senseurs multiples: Les narines de la cistude sont capables de détecter une proie à plusieurs mètres de distance. Pratique en eau trouble. Ces orifices sont également très sensibles aux variations de température de l’eau comme de l’air. Un détail essentiel.
Hublots de plongée: A l’air libre, les yeux de la cistude peuvent repérer des mouvements à plusieurs dizaines de mètres de distance. La cornée dispose de 3 paupières protectrices dont la première, transparente, recouvre l’œil en plongée. Et le fond de la rétine est tapissé d’une couche jaune qui améliore l’acuité visuelle subaquatique.
Pagaies griffues: Sous l’eau, les quatre courtes et vigoureuses pattes se métamorphosent en pagaies très efficaces. Leur palmure et leur forme aplatie font miracle : un coup à gauche, un coup à droite et voilà une tortue qui va vite ! Quant aux 18 griffes, elles permettent à l’heure du bain de soleil d’accoster et de grimper facilement sur des branches ou des touradons.
Ballasts liquides: Non loin du trou de sortie, la cistude possède deux réservoirs dans lesquels elle peut stocker jusqu’à 1 dl d’eau. Remplir ou vider ces ballasts modifie sa densité, ce qui la fait monter et descendre comme une petite montgolfière aquatique. Ces deux vessies lombaires sont particulièrement développées chez les femelles car elles jouent un rôle essentiel au moment de la ponte.
Inclinaison idéale: La combinaison de ses réservoirs à eau et à air permet à la cistude d’ajuster sa flottabilité sans le moindre effort, souvent avec une inclinaison de 55% parfaite pour guigner à la surface…
Couverture de La Salamandre n°235

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 235
août - septembre 2016
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir