Cigognes sous tension

Avatar de Rédaction
- Mis à jour le
Publié par

Cigogne blanche et électricité

L’ennemi numéro un des cigognes blanches, c’est le réseau électrique aérien. Enquête d’est en ouest alors que la Salamandre 233 arrive dans vos boites au lettres.

Difficile de faire un tour de France des problèmes cigognes / électricité. Alors La Salamandre a enquêté dans un centre de soins qui recueille les victimes de collision en Bourgogne-Franche-Comté, puis en Charente-Maritime, où la plus grande population de cigognes blanches de France fait l’objet d’une grande attention.

Convalescence dans l’Est

3 mars, 10h du matin au centre de soins Athénas, dans le Jura. Dans le bureau d’accueil, le téléphone sonne sans cesse. Une mère et sa fille apportent un merle blessé, un pic épeiche mort et des tortues de Floride encombrantes. Pour l’heure, le directeur Gilles Moyne supervise le lâcher de deux cigognes blanches.

athenas

Lorane et Marine assurent la dernière inspection avant le lâcher des deux cigognes blanches, centre Athénas, 3 mars 2016 (photo Jean-Philippe Paul)

 

En 2015, le centre en a accueilli 22, contre 24 en 2014 pour la seule région Bourgogne-Franche-Comté. « Les deux-tiers nous parviennent après collision, un tiers après électrocution », précise Gilles Moyne. La population du val de Saône a décuplé en 10 ans alors le conflit cigognes / réseau électrique aérien est inévitable. Il concerne pour 75 % des jeunes de l’année inexpérimentés lors de leur premier voyage en automne. Au printemps, malgré la migration qui bat son plein, les accueils sont rarissimes. Il n’y en a eu aucun à ce jour en 2016. « On n’en relâche que 40 % » déplore le responsable du refuge. Aucun échassier ne survit au choc de l’électrocution et à ses conséquences sur l’organisme.

Face aux coupures provoquées par les grands oiseaux sur le réseau électrique, RTE (Réseau de transport d’électricité) a noué des partenariats avec les associations locales et le centre Athénas. Lorsqu’un couple de cigognes s’installe sur un pylône, le collectif tente un déplacement du nid sur une plateforme construite à cet effet.

Dans l’Ouest, opérations pilotes

Avec plus de 450 couples en 2014 et la plus grande productivité de jeunes à l’envol, la Charente-Maritime est le nouvel Eldorado de la cigogne blanche en France. Les raisons d’un tel succès ? Plus de 80’000 hectares de marais doux, les vallées alluviales de la Charente et de la Boutonne, une richesse naturelle remarquable, un climat doux toute l’année et une abondance incroyable d’écrevisses de Louisiane au menu. Nicolas Gendre, ornithologue de la LPO France rappelle que « avec un nid sur huit sur les réseaux électrique, les cigognes provoquent des microcoupures à cause des branches, des fientes et même des pelotes de réjection ». Face aux coûts engendrés, RTE et ERDF se sont rapprochés de la LPO pour trouver des solutions telles que l’adaptation des poteaux et des lignes, le déplacement de nids etc. Les résultats sont là. Depuis 2012, les incidents liés aux oiseaux ont baissé de 36 % sur le réseau électrique de Poitou-Charentes.

Avec les efforts menés sur cette thématique, l’essor incroyable de la population de cigognes en France sera-t-il sans limite ? Nicolas Gendre tempère : « Bien sûr nous avons aujourd’hui plus de 2500 couples sur le territoire national. Mais la nature est bien faite et lorsque les effectifs augmentent, le nombre de jeunes par couple diminue pour s’adapter aux ressources alimentaires ». Selon le spécialiste de la LPO, on n’est pas à l’abri d’un revirement de situation. Les décharges espagnoles, véritables restaurants à ciel ouvert, vont fermer progressivement pour respecter la législation européenne. Or, ne l’oublions pas, c’est bien de la Péninsule Ibérique que vient le dynamisme des cigognes ouest-européennes en général, françaises et suisses en particulier.

Lire aussi : oiseaux et lignes électriques en France / oiseaux et lignes électriques en Suisse

Retrouvez les cigognes dans la Salamandre 233.

Articles sur le même sujet

Réagir