Cigogne côté obscur

© Fabrice Cahez
Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Depuis des décennies, Paul Brossault suit pour l’ONF les tribulations du plus rare et secret des habitants de la forêt. Grande interview de Monsieur cigogne noire en attendant La Salamandre d’avril.

Paul Brossault, la cigogne noire niche en France depuis près de 40 ans. Nouvelle venue ou revenante ?

Là est la question. Nous n’avons pas trouvé trace de sa nidification ancienne dans notre pays. Le dernier couple nicheur belge à la frontière française a été tiré au nid à la fin des années 1800. Imaginez la forêt française de l’époque en plaine : bûcherons, charbonniers, scieurs de long, cercliers, merrandiers… y vivaient à l’année dans leurs cabanes en suivant les chantiers. Je vois mal un couple de cigogne noire rester au nid pendant quatre longs mois sans dérangement ou destruction.

Aujourd’hui il y aurait près de 60 couples : la forêt française est-elle si naturelle que ça ?

L’exploitation des forêts ne dérange pas trop la cigogne noire qui est venue naturellement s’installer dans des secteurs à vocation économique marquée. Les forêts de plaine sont exploitées intensivement par l’homme depuis des siècles et celles qui sont dites naturelles sont très rares et dans des zones d’accès difficile. Il suffit de prendre des précautions  pour assurer la tranquillité aux abords d’un nid occupé. Des nids sont parfois construits dans des coupes récemment exploitées, la canopée clairièrée facilite le déplacement de ce grand oiseau. Il est remarquable de constater qu’aucun nid n’est situé dans des zones à protection renforcée mais tous sont dans des forêts banales.

Alors elle va coloniser le reste du pays, et pourquoi pas la Suisse ?

C’est vrai qu’elle a colonisé un grand quart nord-est du pays depuis la découverte du premier nid en Indre-et-Loire en 1973. La cigogne noire a niché au moins une fois dans 22 départements, le dernier étant le Haut-Rhin en 2015. Les sites de nids sont situés en tête de bassin hydrographique, ce qui laisse penser que tous le territoire ne peut pas accueillir cette espèce.

En quoi la coopération ONF et LPO est-elle bénéfique à la cigogne noire?

Le travail conjoint entre les deux organismes s’est constitué avec la découverte des premiers nids. Plus de huit nids sur dix connus sont en forêt gérée par l’ONF. La LPO peut prospecter les forêts privées et les agents ONF apportent une présence sur le terrain dans un milieu peu couru par les ornithologues. En tout cas, ce réseau Cigogne noire fonctionne bien.

La cigogne noire hiverne de plus en plus en France, est-ce bon pour elle ?

Avec moins de 20 oiseaux restant en France contre 3000 qui passent Gibraltar, cela reste une goutte d’eau. Mais c’est vrai que près de la moitié des jeunes cigognes noires ne survivraient pas à leur premier voyage selon certaines sources. Le Sahel se désertifie et les zones humides sont sous forte pression humaine. L’avenir est à surveiller de près pour tous les oiseaux qui hivernent dans cette zone clé.

Existe-t-il des actions conjointes avec les pays africains ?

Grâce au suivi satellitaire, depuis une vingtaine d’années nous avons localisé les principales zones d’hivernage dans le bassin du fleuve Sénégal. Nous avons été contactés par une association de défense de l’environnement en Mauritanie (CODESEN). Notre suivi sur cette zone les intéresse et la cigogne noire est pressentie comme indicateur écologique des zones humides. Une convention de collaboration vient d’être passée entre une ONG française (Forestiers du monde) et une ONG mauritanienne. Un réseau Cigogne noire sera monté pour le prochain hivernage au Sahel. La première étape sera l’organisation en janvier 2017 de la septième conférence internationale Cigogne noire dans le parc national du Diawling en Mauritanie. Cette première édition en Afrique illustrera la nécessaire solidarité écologique Nord-Sud pour la protection d’une biodiversité commune. Un symbole fort porté par la cigogne noire entre ces deux continents.

Propos recueillis par Jean-Philippe Paul

Photo à la une de Fabrice Cahez

Sur le même sujet : la RTS cherche la cigogne noire et une cigogne noire relâchée dans le Jura.

Articles sur le même sujet

Réagir