Cigales sur écoute

Après un développement dans le sol qui s'étale sur plusieurs années, la larve de cigale émerge et se métamorphose. Elle abandonne alors sa mue dans la végétation. Ces enveloppes sèches se reconnaissent facilement à leurs pattes avant robustes. / © Thomas Hertach

On associe facilement le chant des cigales aux vacances en bord de mer, mais on oublie que ces insectes se plaisent aussi en Suisse. Tendons l'oreille !

Avatar de Karine Poitrineau
- Mis à jour le
Article d'origine par

S'il sillonne la Suisse avec une parabole, ce n'est pas pour capter des signaux extraterrestres : le biologiste Thomas Hertach cherche des cigales. Spécialiste de ces crissants insectes, il prépare un ouvrage sur leur identification et leur répartition dans le cadre de la série Fauna Helvetica .

On dirait le Sud

« Une dizaine d'espèces vivent en Suisse. C'est moins que ce que l'on observe en France ou en Italie, mais c'est déjà une bonne diversité », se réjouit le chercheur. « Le sud du Tessin et le Valais présentent la plus grande variété d'espèces. Mais sur le reste de la Romandie, on en trouve au moins la moitié. » Pour autant, la présence de ces insectes est bien peu connue.

« Les cigales sont divisées en deux groupes, explique Thomas Hertach. Les plus petites émettent des sons tellement aigus que la plupart des gens ne les entendent pas, et ceux qui les perçoivent ne s'imaginent pas que ce sont des cigales. Quant aux grandes espèces qui font de sept à neuf centimètres d'envergure, elles chantent fort, mais se laissent difficilement voir. Généralement, elles cessent de crisser quand elles détectent quelqu'un et s'envolent dès qu'on s'approche trop. Ne connaissant pas ces insectes, beaucoup de personnes pensent avoir affaire à des criquets, des grillons ou des sauterelles. »

La cigale de l'orne, ou cigale grise (Cicada orni) / © Thomas Hertach

Avis de recherche

Du coup, hors des « bastions » valaisans et tessinois, on manque parfois de données. « Les espèces pour lesquelles j'aimerais surtout des informations sont les grandes cigales, particulièrement dans le bassin lémanique », précise le spécialiste, qui lance un appel à tous les volontaires. « Elles chantent de mi-juin à mi-août, par beau temps et de jour. Si vous pensez en avoir repéré, le mieux est encore de les enregistrer : même un son de mauvaise qualité peut suffire à les identifier. Et avec un cliché, c'est encore mieux ! » En Valais, où la présence des cigales est déjà bien répertoriée, la collecte de mues de plus de deux centimètres aidera à préciser l'identification de certaines espèces.

Pas des envahisseuses

Faut-il s'inquiéter de découvrir des cigales près de chez soi ? « Non, assure le biologiste, elles se nourrissent de sève d'arbre, mais ne causent pas de dégâts notables en Europe. D'ailleurs, seules deux espèces peuvent être abondantes, les autres sont rares ou menacées. » A plusieurs reprises ces dernières années, journaux et télévisions ont signalé la présence de la cigale de l'orne à Genève et à Lausanne. Une preuve du réchauffement climatique ? Même s'il pense que le phénomène peut jouer un rôle, le scientifique recommande la prudence dans cette analyse : « Cette cigale est surtout présente dans les milieux modifiés par l'homme, comme les parcs urbains et les vignobles. Elle y profite peut-être de températures supérieures à la moyenne. »

Cette espèce n'est en tout cas pas nouvelle pour la Suisse : « Le peintre et biologiste Johann Fuesslin décrit déjà l'insecte comme très fréquent en Valais dans son ouvrage de 1775 ! » D'autres espèces pourraient par contre arriver sur le territoire depuis la France voisine. A moins qu'elles ne soient déjà là : le recensement qui vient d'être lancé permettra de le préciser.

Le biologiste Thomas Hertach enregistre le chant d'une cigale photo

Le biologiste Thomas Hertach enregistre le chant d'une cigale

Prise de son

Contrairement aux criquets et sauterelles, le mâle cigale n'émet pas de son par frottement. Ses organes de chant, appelés cymbales, sont des membranes situées au niveau de son abdomen. Il les fait sonner en contractant certains muscles de façon rythmique. Chaque espèce de cigale possède son propre répertoire et peut être reconnue au rythme et à la sonorité de son chant. Les biologistes peuvent réaliser l'identification à l'oreille, ou d'après des enregistrements qui pourront ensuite être visionnés sur ordinateur.

Chant d'une cigale visionné sur ordinateur

Plus d'infos

CD Le chant de l'herbe: Chants de cigales, criquets et sauterelles

Ecoutez les cigales sur le web, par exemple Cicada orni

Découverte d'une nouvelle cigale chanteuse en Suisse, Cicadetta sibillae

Les différences entre sauterelles, grillon et criquet

Gros plan sur le chant du grillon

Couverture de La Salamandre n°204

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 204
Juin - Juillet 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir