Au bord de l’Ain soumis

Vue sur les falaises de Chancia et le lac de Coiselet depuis le sentier menant au château d'Oliferne. / © Jean-Philippe Paul

Dans le sud du Jura français, l’Ain reprend son souffle entre chaque barrage. Le cours d'eau caresse alors une terre sauvage, la Petite Montagne.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

La Petite Montagne est comme une première marche vers les sommets enneigés du Haut-Jura, avec la rivière Ain comme frontière. On imagine ses gorges profondes lorsqu’elle serpentait libre, avant que n'apparaissent de vastes retenues ténébreuses érigées au service de la fée électricité.

Morillons et autres colons

Lors des froides journées de février, des vols scintillants de canards animent les reflets des forêts dans l'eau sombre. Fuligules par centaines, grèbes, harles, cygnes, garrots, chipeaux… autant de colonisateurs hivernants invités il y a seulement 50 ans lors de la construction des barrages. La vallée de l’Ain, désormais entrecoupée d’eaux dormantes, est le plus grand refuge d’oiseaux d’eau de Franche-Comté. Le castor est arrivé jusqu'ici malgré les obstacles et il a atteint la Bienne, affluent montagnard de l’Ain. Les plus optimistes attendent le retour imminent de la loutre en provenance du sud. Pourvu que les pêcheurs en barque lui réservent bon accueil.

Exposés aux premiers UV

Laissons le peuple ailé du Nord barboter dans les eaux froides et grimpons parmi les genévriers. ça sent bon les premiers soleils. Embrassons le microclimat abrité du vent en posant une joue sur les herbes chauffées au pied d’un buis. Mais attention à la vipère qui a eu la même idée pour se réveiller ! Ici, la pulsatille salue la fin de l’hiver, là le chamois marque une pause inquiète. L’un des premiers à chanter le sacre du printemps, c’est le rare circaète Jean-le-Blanc. Peu après la mi-mars, de retour du Sahel, le grand rapace fait le malheur des lézards imprudents et le bonheur des ornithologues dépaysés. On ne sait plus si c’est le nord ou le sud, le chaud ou le froid. Un véritable carrefour des sens au son d’une symphonie pour bourdons ventrus.

On s’affaire dans le calcaire

Après l’horizontal émeraude, le pentu doré, voici le blanc vertical. Les falaises qui bordent le lac toisent le Midi avec arrogance. Des amours précoces se font entendre autant qu’elles se font voir. Grands corbeaux rauques et faucons pèlerins plaintifs masquent les murmures des hirondelles de rochers. Le spectacle est rythmé par le ballet des harles bièvres qui semblent hésiter des heures à se poser dans la paroi qui abritera leur couvée. Un flash fuchsia ? C’est un tichodrome échelette, l’oiseau papillon en vacances.
Le ciel s’assombrit tandis qu’une nuée de goélands s’allonge sur le lac. Le hibou grand-duc alterne sa sérénade avec celle du lynx. Malgré la fraîcheur, nous sommes tentés de passer la nuit sur place.

Eclairage par Miek Gilles

Miek Gilles

Miek Gilles

Coordinatrice Natura 2000 Petite Montagne

  • 1972 Naissance à Geel (Belgique)
  • 1999-2001 Enseignante linguistique à la Sorbonne Paris IV Jusqu'en
  • 2005 Traductrice Depuis
  • 2011 Prise de poste de coordinatrice Natura 2000 à la communauté de communes de la Petite Montagne

On l’appelle Petite Montagne. Ce qui ferait sourire un habitant des Alpes. Ce nom désigne une région vallonnée, parfois escarpée et souvent forestière qui oscille entre 400 et 800 mètres d’altitude. Une transition entre la plaine de Bresse et le Haut-Jura où le mot qui vient à l'esprit, c’est nature. Ce n’est pas un hasard si la France et l'Europe ont créé ici le plus vaste site Natura 2000 de Franche-Comté, avec 38'000 ha. « La concertation est le mot-clé. Les habitants doivent s’approprier leur patrimoine naturel et le protéger. Depuis 15 ans que nous travaillons à cette harmonie, les choses se passent plutôt bien sur les 48 communes du site » , se félicite Miek Gilles, coordinatrice Natura 2000 de Petite Montagne. L’un des enjeux forts, ce sont les pelouses sèches. Condamnées à retourner à la forêt sans le pâturage ou la fauche, elles abritent une biodiversité remarquable de plantes, d’insectes et de reptiles. « Ces habitats semi-naturels sont entretenus avec harmonie et s’imbriquent avec les forêts et les zones humides pour former une véritable mosaïque. » Le lynx, emblématique de cette région, est relativement bien accepté selon Miek Gilles. L’influence méditerranéenne se fait sentir lorsque les hiboux petits ducs et les engoulevents chantent durant les nuits d’été. On peut aussi évoquer la plus grande population de France de glaïeul des marais. Mais c’est la nature ordinaire qui frappe en Petite Montagne. Le randonneur sera à coup sûr émerveillé par l’abondance de papillons, de fleurs des champs, de chevreuils, de lièvres et de gazouillis d’oiseaux.

Itinéraire

Accédez à la carte détaillée de cette balade dans le PDF en bas de page.

Itinéraire du pic d'Oliferne

distance: 10,3 km

dénivelé: 454 m en montée

durée: 4h

  • (1) Départ depuis le parking au bord du lac un peu au sud du camping de Condes. Rejoindre le village par la route D60.
  • (2) Au centre de Condes, vers l’église, prendre l’impasse des sources qui monte à gauche. Au transformateur électrique, prendre à gauche et monter le chemin.
  • (3) Intersection du sentier avec un chemin carrossable. Prendre à droite et monter.
  • (4) Dans le village, prendre à gauche et suivre le panneau belvédère d’Oliferne.
  • (5) Pic et château d’Oliferne. Faire demi-tour pour continuer.
  • (6) Prendre le sentier balisé qui descend sur la droite.
  • Arrivé au (3) redescendre par le chemin du début jusqu’au village puis au lac.

Itinéraire de la falaise

distance: 5,4 km

dénivelé: 220 m en montée

durée: 2h30

  • Au point (2) dans Condes, continuer vers le nord jusqu’à la bifurcation (7) où il faut prendre à droite direction Chancia.
  • Puis 500 m plus loin prendre le pont à droite.
  • (8) Dans Chancia prendre la D295 qui monte à flanc de colline direction Belvédère.
  • (9) Belvédère. Pour rentrer, faire demi-tour.

Accès en transports publics

Sauvage et reculée, cette région est malheureusement loin des bus et des trains. Gares SNCF les plus proches Saint-Claude (Jura) et Oyonnax (Ain). Horaires.

Manger & dormir

Camping de Condes Sous le Moulin +334 74 75 83 25, camping.condes39@gmail.com

Gîte l'Ane à plumes à Coisia +334 74 75 19 12 / + 336 77 77 41 61, gitedujura.fr

Matériel & règles d'or

  • Rester sur les sentiers.
  • Prudence sur les tronçons de route.
  • Respectez le bétail et les clôtures.
  • Chaussures et vêtements adaptés.

Ailleurs dans la région…

A) Barrage de Vouglans Avec une capacité de 605 millions de mètres cubes et 35 km de long, la retenue de Vouglans sur la rivière d'Ain est la troisième plus importante de France. Dans ce paysage spectaculaire, on peut observer le minuscule tichodrome échelette sur la paroi de l'ouvrage.

Traces de dinosaures à Coisia / © Jean-Pilippe Paul

B) Traces de dinosaures à Coisia Une centaine d'empreintes de pattes de dinosaures datant de 148 millions d'années sont visibles dans une roche du jurassique supérieur le long de la route D60E entre Coisia et Thoirette. Ces Parabrontopodus , des herbivores proches des Diplodocus, mesuraient entre 27 et 32 mètres de long.

C) Eglise de Saint-Hymetière Ce bâtiment classé depuis 1913 est un joyau d'art roman vieux de mille ans. Préservé en retrait du village dans la belle vallée de la Valouse, sa visite vaut le détour. Le soir, la chevêche d'Athéna chante aux alentours.

D) Mont Myon Butte calcaire culminant à 662 mètres, le Mont Myon abrite une immense pelouse riche en faune et en flore. Le panorama est grandiose sur les Alpes et la chaîne du Jura à l'est et sur la plaine de Bresse et les premiers reliefs du Massif central à l'ouest et au sud. Au printemps, c'est un site remarquable pour observer la migration des oiseaux.

E) Saint-Julien-sur-Suran La petite ville de Saint-Julien permet de découvrir la vallée verdoyante du Suran, habitée par le castor. Vous trouverez également des renseignements sur les milieux naturels de la région auprès de l'équipe Natura 2000.

Couverture de La Salamandre n°232

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 232
Février - Mars 2016
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir