Besançon fête les chauves-souris

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

La 19e nuit internationale de la chauve-souris

La 19e nuit internationale de la chauve-souris s’est déroulée ce week-end dans plus de 260 localités françaises. Ce 28 août, La Salamandre était sous les remparts de la Citadelle de Besançon.

Rendez-vous 19h30 sur les bords du Doubs dans une atmosphère tropicale. Dans les pelouses, les citadins pique-niquent avec pour chandelle suprême, la pleine lune. Dans le parc arboré en retrait, une trentaine de personnes écoute religieusement les deux animatrices de la CPEPESC Franche-Comté. D’emblée, on apprend un truc étonnant: c’est la pleine période des amours pour les chauves-souris! Le début d’automne est la saison choisie par ces mammifères volants pour se rencontrer et s’accoupler. Ensuite, mâles et femelles se chercheront un lieu d’hibernation paisible. Pour éviter de mettre bas en plein hiver, les femelles bloqueront la fécondation jusqu’au printemps. Incroyable.

« Sont-elles protégées ? Elles ont toujours la tête en bas ? On peut les reconnaître en vol ?  Elles portent des maladies ? Mâles et femelles sont différents ? Et les éoliennes ? »… Audrey et Carole répondent jusqu’à la nuit aux innombrables questions. Puis elles distribuent des batbox, ces petits appareils qui traduisent instantanément les mystérieux ultrasons des chauves-souris en tic tic audibles.

20h48… « Là, une chauve-souris ». On l’entend sur les machines en même temps qu’on l’aperçoit virevolter sous le feuillage le long des remparts Vauban. « Certainement une pipistrelle », confie Carole inspirée par son écran qui indique 45 kHz. C’est la fréquence d’émission de l’animal contacté à l’instant. On pourrait tout aussi bien rencontrer ici la sérotine, la noctule, le murin ou le rhinolophe…

En marge des flâneries nocturnes et des concerts urbains, le groupe de curieux suscite intrigue et étonnement de la part des passants.

La Citadelle Vauban et la pleine lune à Besançon

La Citadelle Vauban et la pleine lune à Besançon

Les passionnés de chauves-souris sont-ils aussi surprenants que leurs bestioles fétiches ? Réponse dans La Salamandre n°230 d’octobre prochain.

Plus d’infos : nuitdelachauvesouris.com, SFEPM

Photos : Jean-Philippe Paul

Réagir