Au pays des Etangs noirs

Marais noirs au centre des Franches-Montagnes dans la Jura suisse / © Nicolas Sauthier

Saignelégier. En plein cœur du plateau franc-montagnard, entre le Doubs et Mont-Soleil, la nature se souvient des aménagements des paysans-paysagistes d’antan.

Avatar de Nicolas Sauthier
- Mis à jour le
Article d'origine par

Des hivers rigoureux garantis, des sécheresses qui guettaient parfois : les habitants des Franches-Montagnes ont dû au cours des siècles façonner leur terre ingrate pour subsister. Etangs, chemins, murs et digues, autant de marques visibles tout au long de notre parcours dans un paysage à l’âme secrète.

Saignelégier et montures

Lendemain d’orage. Une brume cotonneuse se lève sur Saignelégier, capitale touristique et culturelle du district. Nous longeons l’imposante Halle du Marché-Concours, haut lieu de cette région où galopent encore et toujours les chevaux connus loin à la ronde sous le nom de « franches-montagnes ».
Au bas des sapins, au bord de leurs toiles sucrées par la rosée, les épeires se planquent. Gare aux insectes ! Un merle enjoué guide le visiteur pour la traversée d’une mer de ronces sur laquelle les bourdons jouent les perles d’écume.
Rapidement, l’étang des Royes se dévoile. La rive bruisse après quelques minutes de silence. Une grenouille rousse clapote au pied des roseaux ; les libellules déploient leurs ailes. Les élégantes hirondelles de fenêtre plongent sur l’eau pour s’abreuver. On quitte à reculons ce ballet aérien pour gagner le hameau des Cerlatez, curieusement disposé en fer à cheval. La prairie commune, centrale, permettait de grouper les bêtes et de les protéger.

La reine-des-prés peuple le bord des étangs. Elle offre son nectar à de nombreux papillons. Parmi eux, les tristans. / © Nicolas Sauthier

Murgiers et pâtures

Le chemin agricole de La Combe est bordé d’érables sycomores. Il traverse le paysage des pâtures. Le remaniement parcellaire des années 1950 les a cadrées, donnant ces étendues rectilignes, parfois protégées du vent par des haies de feuillus. Les murgiers, ces entassements de cailloux tirés des champs, témoignent aussi du travail de paysagiste mené par les agriculteurs.
Dernière grande réalisation de l’homme, voici l’étang de la Gruère. C’est vers 1650 que l’eau a envahi la tourbière suite à la création d’une digue pour alimenter un moulin. L’étang est un des plus grands de Suisse, mais aussi un site fragile à la beauté sauvage. Son eau noire invite à la rêverie. Les pins penchés embrassent la mire et, parfois, plongent dans l’eau sombre, comme attirés par des ondines.

Balade à Saignelégier, au pays des étangs noirs

Sphaigne / © Benoît Renevey

Mystérieuses sphaignes

L’histoire des tourbières remonte à des millénaires. Pour l’étang de la Gruère, les spécialistes parlent de 11’000 ans. Le marais a pris naissance à l’endroit où se trouve la presqu’île actuelle. Les sphaignes sont apparues 1000 ans plus tard. Tout au long des siècles, ces mousses typiques des hauts marais ont colonisé des marnes de plus en plus décalcifiées. Toute la vie de la tourbière se concentre sur ce fragile épiderme herbu. La mousse, dépourvue de racines, croît continuellement vers le haut. Les étages inférieurs, privés de lumière, dépérissent, puis meurent. La couche morte reste gorgée d’eau acide, empêchant bactéries et champignons de la recycler. Les cadavres de sphaignes s’accumulent donc pour former, après des milliers d’années, une couche de tourbe qui peut être passablement épaisse. A l’étang de la Gruère, elle peut atteindre 8 mètres par endroits, alors que la profondeur de l’eau est de 5 mètres à son maximum.

Etang de la Gruère à Saignelégier dans les Franches-Montagnes (Jura suisse) / © Julien Perrot

Un succès, une rançon

Qu’est-ce qui menace le plus les marais noirs du centre des Franches-Montagnes ? Ce sont leurs admirateurs aux trop fréquentes visites. Avec ses 100’000 curieux par an, l’étang de la Gruère est le site le plus apprécié du Jura. Sortir des sentiers de copeaux ou des passerelles de bois met en péril la survie d’un écosystème fragile et rare. Qu’on se le dise !

Itinéraire

Accédez à la carte détaillée de cette balade dans le PDF en bas de page.

Grande balade

Saignelégier > étang des Royes > Les Cerlatez > étang de la Gruère > Les Réussilles

Durée: 5h00

  • A la gare de Saignelégier, emprunter le sous-voie et prendre le chemin menant à la halle du Marché-Concours (1) en passant par le Café du Soleil.
  • Suivre les indications du tourisme pédestre jusqu’au Centre de loisirs.
  • Puis rejoindre la route cantonale, la traverser et s’engager sur le sentier démarrant en face du Manège (2).
  • Suivre les panneaux jaunes jusqu’à l’étang des Royes. (3) Profiter du point de vue sur l’étang.
  • Remonter le chemin pédestre et traverser la route cantonale. Se fier aux panneaux rouges avec un carré blanc au centre (Randoline).
  • Redescendre sur Les Cerlatez, franchir la route cantonale (4). Repérer les panneaux de la Randoline menant à l’étang de la Gruère.
  • A l’étang (5), emprunter le chemin de la rive puis le quitter après 300 mètres, en remontant le sentier sur la gauche (6).
  • Depuis là, suivre les panneaux jaunes menant aux Reussilles en passant au- dessous de la ferme de La Petite Theurre.
  • Avant Gros Bois Derrière, jeter un coup d’œil au petit étang caché sur la gauche (7).
  • Passer devant la ferme et prendre le sentier qui sépare les pâturages. Lire les panneaux qui vous conduisent à la gare des Reussilles (8) en traversant les pâturages boisés, puis les champs cultivés.

Petite balade

Saignelégier > étang des Royes > Les Cerlatez> étang de la Gruère > La Theurre

Durée: 2h30

  • Suivre le même parcours jusqu’à l’étang de la Gruère.
  • En faire le tour en suivant le parcours balisé, puis revenir sur La Theurre pour trouver un arrêt de bus ou de quoi se restaurer. (9)

Accès en train

Depuis Neuchâtel ou Bienne, prendre le train pour La Chaux-de-Fonds, puis la ligne des CJ jusqu’à Saignelégier. Horaires : +41 (0) 900 300 300 ou sur cff.ch

L’idée week-end

Aux Cerlatez, le Centre nature vous invite à découvrir ses travaux sur les zones humides et les tourbières. Infos et horaires +41(0) 32 951 12 69

Visitez la Brasserie des Franches-Montagnes (BFM) et découvrez « La Salamandre », une fameuse bière blanche.

Camping « Sous la Neuvevie », Saignelégier. Pour dormir dans un tipi ou dans une cabane perchée dans les arbres. +41(0) 32 951 10 82

Le Café du Soleil, à Saignelégier. On peut y dormir ou manger à bon prix, notamment le couscous de la Pleine Lune. Haut lieu de culture (expos, concerts).

A deux pas de l’étang de la Gruère, l’Auberge de la Couronne, à La Theurre. Le chef, Franz, met les petits plats dans les grands. +41(0) 32 861 20 00

Les règles d’or

  • Ne pas quitter les sentiers balisés au bord des étangs.
  • Tenir les chiens en laisse.
  • Laisser les plantes là où elles sont !
Couverture de La Salamandre n°198

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 198
Juin - Juillet 2010
Article N° complet

Réagir