Au bal des collemboles

Allacma fusca, un collembole de la famille des Sminthuridae / © Philippe Lebeaux

Sélection de photos incroyables sur les collemboles, travailleurs infatigables et essentiels de la litière. Bienvenue dans le monde du minuscule.

Avatar de Karine Poitrineau
- Mis à jour le
Article d'origine par

Et que ça saute !

Au milieu des feuilles qui ont rejoint la litière du sous-bois se promène une bestiole de la taille d'une tête d'épingle. Pas le temps de sortir la loupe : en un clin d'œil, l'apparition s'est volatilisée. Quel est donc ce minuscule ovni ? Une puce ? Un insecte ? Un acarien ? Perdu ! C'est un collembole. Un être capable de se catapulter dans les airs grâce à un appendice fourchu replié sous son corps. L'animalcule assure son atterrissage en déployant un tube collant qui lui sert aussi de régulateur d'humidité.

Loin d'être une simple bizarrerie de la nature, les collemboles sont des acteurs majeurs de la vie des sols. Ils y sont particulièrement actifs au printemps et à l'automne. Zoom sur de petits êtres à forte personnalité.

Le buffet enchanteur

Au bal des collemboles

Collembole devant un buffet de rêve: un mur de myxomycètes / © Philippe Lebeaux

En marchant dans la forêt, on remarque à peine une tache pourpre sur un tronc en décomposition. A l'échelle d'un collembole, c'est une muraille rouge sang composée de boules luisantes. Ni chtampignons ni bactéries, ces formations gélatineuses sont des myxomycètes. Ces êtres étranges produisent leurs spores après avoir rampé en consommant sur leur passage détritus, bactéries ou champignons. Les collemboles peuvent consommer les appétissantes fructifications et participer ainsi à la dissémination de ces gluants organismes.

La danse du cadeau

Au bal des collemboles

Au premier plan à gauche, deux collemboles font la danse caractéristique d'un accouplement. / © Philippe Lebeaux

Il a pris contact avec elle par de petits coups de tête. Elle avait repoussé les avances de plusieurs autres mâles, mais cette fois, les deux partenaires se lancent dans une danse étrange, front contre front, avançant et reculant en rythme. Le tête-à-tête se prolonge par un enlacement d'antennes. Accroché fermement à elle, il peut rester suspendu dans le vide plusieurs heures. Cette acrobatique position se conclut avec le dépôt par le mâle d'une petite masse gélatineuse. L'offrande contient les spermatozoïdes que la femelle recueillera pour féconder ses œufs.

Petits mais nombreux

Attroupement de collemboles / © Philippe Lebeaux

Dans les sol riches et humides, les collemboles peuvent atteindre des densités incroyables. On a compté jusqu'à 400'000 individus dans un mètre carré !

Il a tout d'un grand

Collembole symphypléone / © Philippe Lebeaux

A la sortie de l'œuf, bébé collembole ressemble à s'y méprendre à ses parents. Dix fois plus petit, ce modèle réduit atteindra une taille adulte en quelques mois.

Regard de star

Allacma fusca, collembole de la famille des Sminthuridae, devant un myxomycète. / © Philippe Lebeaux

Beaucoup de collemboles observent leur environnement à l'aide d'yeux composés d’un à huit ocelles. Cet équipement visuel est complété par de nombreux poils sensoriels.

Au bal des collemboles

Philippe Lebeaux en train de photographier des collemboles

Micro-maniaque ?

Quel est ce fou qui, couché par terre, avec coudières et genouillères, mitraille un sujet invisible ? Passionné par les habitants du sol, Philippe Lebeaux traque la minuscule faune des sympléones, des pseudoscorpions ou des thysanoures. Branchez-le sur le sujet, il peut conter des heures durant la vie des collemboles.

C'est « par hasard » que ce photographe-infographiste installé dans les Cévennes a plongé dans un univers miniature. Depuis 3 ans, il explore celui-ci avec un matériel de pointe et surtout avec un sens aigu de la bricole.
Ce qui l'intéresse « n'est pas la performance technique, mais plutôt la qualité artistique et la sensibilisation à la nature » . Loin d'être « micro-maniaque » , le naturaliste sait changer d'échelle. « Au moment où La Salamandre m'a téléphoné , explique-t-il , j'étais sous la pluie, en bord de falaise. Je photographiais les grands corbeaux. J'ai pu les approcher à quelques mètres, les filmer, et observer des accouplements ! »

Plus d'infos

Le site de Philippe Lebeaux. On peut admirer ses productions moins « micrométriques » sur le site du collectif Eresus

Les collemboles, astronautes de la litière, un article de notre dossier sur le sol

Les collemboles racontent la santé de la terre

Ces animaux minuscules qui nous entourent, éd. Delachaux et Niestlé

Le sol vivant – Bases de pédologie – Biologie des sols, Gobat, J.-M. et al., éd. Presses polytechniques et universitaires romandes, 2010.

Couverture de La Salamandre n°200

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 200
Octobre - Novembre 2010
Article N° complet

Réagir