Un bouquet de fleurs sous-marin

Ascidie ou Tunicier colonial du genre Botrylle. Collectée à marée basse en Bretagne sous l'embarcadère pour l'île de Batz. Photographiée le 27 septembre 2011 à 15h00. Les ascidies sont pourvues d'un siphon et forment des colonies en cercles. Elles disposent d'une bouche différenciée et d'un cloaque commun. / © Christian König

Christian König raconte la révélation que fut pour lui la découverte de la vie microscopique marine. Pour célébrer sa rencontre, il nous propose une image d'ascidies.

Avatar de Christian König
- Mis à jour le
Article d'origine par

« La genèse de cette image remonte au début des années 1990 et est intimement liée à mon histoire personnelle. A l'époque, je travaillais comme technicien à l'Institut de zoologie de l'Université de Lausanne. Chaque année, j'accompagnais les étudiants en Bretagne où ils observaient les animaux marins. Ceux que l'on pouvait trouver sur les plages à marée basse, cachés sous des pierres, dans les algues ou attendant le flux de la marée dans une flaque. Lors de mes premiers séjours, je n'ai pas prêté garde à ces animaux mous, flasques et gluants, préférant de loin l'observation des oiseaux. Parfois, je jetais un œil par-dessus l'épaule d'un étudiant, jusqu'au jour où j'ai vraiment regardé ce que l'étudiant observait. Ce fut une révélation de voir cette vie marine à l'image de ces ascidies. Comparez à un amoureux de la nature qui observe pour la première fois une espèce d'oiseau: c'était la même chose à une tout autre échelle. Au lieu d'espèces nouvelles, je découvrais de nouveaux embranchements. Il y avait autant de différences dans les structures internes de ces animaux marins qu'entre un ver de terre et un chien. Aujourd'hui, mes photos sont utilisées dans l'enseignement à la Station biologique de Roscoff, en Bretagne. J'y travaille régulièrement. C'est chaque fois un plaisir de pouvoir révéler la beauté cachée de ces êtres si différents, si merveilleux et si proches de nous. »

Propos recueillis par Gilbert Hayoz

Les ascidies, vie sous-marine immortalisée par Christian König

Christian König

Christian König

photographe autodidacte, travaille comme professionnel depuis 1997

Christian König est un amoureux des chemins de traverse. Son parcours atypique n'y est pas pour rien. Il se dit autodidacte, mais ses dix ans à l'Institut de zoologie à Lausanne ont certainement éveillé sa passion – et sa connaissance – pour les micromammifères d'Europe.
Alors que tout photographe normalement constitué traque le cerf majestueux, lui se passionne pour les petits rongeurs. Et l'eau, bien plus que le terrain de jeu du martin-pêcheur, est un monde où il explore des formes animales méconnues.
Christian König quitte la Suisse pour la Vendée en 2000 pour se rapprocher de la mer. Depuis 1997, il vit de ses passions en publiant ses images, en donnant des cours et en animant des stages photo en France, en Suisse et dans d'autres pays d'Europe. On se souvient de son exposition « Petits museaux » à Montier-en-Der en 2010. L'image présentée ici témoigne de son amour pour les invertébrés marins, et de sa grande sensibilité pour le graphisme naturaliste.

konig-photo.com

Couverture de La Salamandre n°215

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 215
Avril - Mai 2013
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir