Les maîtres du marais

« Deux morillons s'attardent sur l'étang. Nicheront-ils bientôt en lisière des joncs  ? » / © Yves Fagniart

Aux heures fauves, l'aquarelliste Yves Fagniart se rend dans le marais pour en traduire les émotions naturelles.

Avatar de Yves Fagniart
- Mis à jour le
Article d'origine par
Yves Fagniart

Yves Fagniart

Aquarelle toujours !

« J'habite dans le Hainaut, au sud-ouest de la Belgique, dans une vallée riche en zones humides qui constitue un couloir migratoire important pour les oiseaux. Agronome de formation, je m'intéresse à la nature sauvage depuis l'âge de 6 ans. Ce sont des cris étranges répétés nuit après nuit près de chez moi qui ont déclenché ma passion. Je ne savais pas qui en était l'auteur. A force de chercher, je me suis finalement retrouvé face à face avec une chouette chevêche! Cette rencontre inoubliable a été la première d'une très longue série. Cela fait une vingtaine d'années que je pratique l'aquarelle comme autodidacte. D'ailleurs, je me considère plus comme aquarelliste que comme dessinateur ! Au début, pour apprendre, j'ai beaucoup travaillé d'après photo. Mais, depuis quelques années, je peins ce que je vois de mes propres yeux.

Aquarelle de chevalier gambette

«Ce matin d'avril, le chevalier gambette s'est reposé dix belles minutes devant moi.» / © Yves Fagniart

J'aime travailler sur de grandes feuilles de papier que je mouille complètement avant de jouer avec mes pigments. Mais cette technique n'est pas toujours pratique à utiliser sur le terrain. Parfois je m'y essaie, en d'autres occasions je croque des aquarelles en petit. En atelier, sur grand format, j'aime me lâcher complètement dans mes effets d'eau, de lumière et de couleur pour traduire l'émotion d'origine. Plus que des observations précises, ce sont bel et bien mes émotions que j'ai envie de partager. J'aime les ciels gris, les brumes traînantes et les reflets aquatiques de ma région. Transparence, lumière et pigments. Seule l'aquarelle retranscrit aussi finement ces réalités subtiles. En général, je pars sur le terrain sans réserve d'eau, ce qui est plutôt inhabituel pour un aquarelliste. Je me contente d'une petite bouteille vide. Car j'ai pris l'habitude de recueillir un peu de l'eau qui m'est offerte sur place par la nature. C'est devenu une sorte de rituel. Elle n'est pas toujours totalement claire mais j'ai trouvé ainsi ma manière toute personnelle de rendre grâce aux lieux. »

yvesfagniart.com

Couverture de La Salamandre n°209

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 209
Avril - Mai 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir