La couleuvre pour de vrai !

Zoom sur l'anatomie de la couleuvre à collier / © Photos: Laura Wickenden (C) Dorling Kindersley. Dessins: Jean Chevallier

Oubliez racontars et sornettes! Et découvrez maintenant l’extraordinaire anatomie de la couleuvre à collier.

Avatar de Marc Tourrette
- Mis à jour le
Article d'origine par

Et dire qu’elle possède les mêmes organes vitaux que nous ! A ceci près que tout doit trouver place dans un tube long et étroit. Cette forte contrainte exige quelques adaptations. Pour les poumons par exemple. Le droit s’étire sur près de la moitié de la longueur de la couleuvre, tandis que le gauche est réduit à la taille d’une noisette. Foie, reins et organes génitaux possèdent aussi une forme allongée. Bienvenue dans la filiforme dimension.

Autre prouesse : parvenir à se mouvoir sans la moindre patte. Et avec quelle souplesse ! Des centaines de vertèbres très résistantes rendent possible cet exploit. Et puis il y a la peau : élastique, robuste, équipée de solides écailles qui lui permettent de s’ancrer sur le sol.

Question souplesse, la tête n’est pas en reste. Les os des mâchoires sont reliés entre eux par des ligaments flexibles. Ainsi le reptile est capable d’avaler des proies deux à trois fois plus larges que sa tête. Aucun risque d’étouffer pendant cette opération : la trachée résiste au passage de la proie grâce à des anneaux cartilagineux. Et le long poumon droit offre des poches d’air en réserve.

Chargement

Poumon trachéen

Cœur

Poumon droit hypertrophié

Foie

Rein

Rein

Testicule

Testicule

Intestins

Estomac

Poumon gauche atrophié

Œsophage

Trachée

La couleuvre ne possède pas de vessie et rejette les déchets filtrés par ses reins sous forme d’acide urique. Cette matière blanche contient très peu d’eau, ce qui évite au serpent de se déshydrater en l’expulsant.

Le squelette d'un serpent / © Laura Wickenden (C) Dorling Kindersley

Côtes en stock

Le squelette d’un serpent est constitué de plusieurs centaines de vertèbres et de côtes. Toutes sont reliées à des muscles. Voilà le secret pour onduler ! Autre adaptation : les côtes ne se rejoignent pas sur le ventre et peuvent donc s’écarter. Idéal pour digérer les grosses proies.

Chargement

Ecailles dorsales avec une fine carène longitudinale

Flancs barrés ou mouchetés de noir

Sommet de la tête couvert de 9 larges écailles (moins de 9 chez les vipères)

Pupille ronde (verticale chez la vipère)

Jaune ou orangé, bordé de deux taches noires, le collier disparaît chez les animaux âgés ou mélaniques (noirs)

Les serpents grandissent tout au long de leur vie. Chez la couleuvre à collier, les mâles adultes mesurent de 60 à 70 cm, les femelles de 80 à 100 cm. Ces dernières peuvent exceptionnellement atteindre 2 m.

Anatomie de la couleuvre à collier - La Salamandre dessin écaille

Peau de serpent relâchée (à gauche) et étirée (à droite) / © Jean Chevallier

La peau des serpents est sèche. Constituant sa partie épaissie et cornée, les écailles sont reliées par des zones plus fines et élastiques. Elles protègent des agressions extérieures et de la déshydratation.

Découvrez comment l'escargot cache ses organes dans sa coquile avec notre article.

Retrouvez la totalité du dossier consacré à la couleuvre à collier : Un serpent ! Sauve qui peut ?

Couverture de La Salamandre n°179

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 179
Avril - Mai 2007
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir